Un employé de l'usine "L'Atelier à pâtes" montre des pâtes fabriquées à base d'insectes, le 8 février 2016 à Thiéfosse (Vosges)
Un employé de l'usine "L'Atelier à pâtes" montre des pâtes fabriquées à base d'insectes, le 8 février 2016 à Thiéfosse (Vosges) - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN AFP

Des pâtes qui cassent trois pattes à un insecte. A Thiéfosse, au cœur des Vosges, une petite usine de fabrication artisanale, créée en 2012 par Stéphanie Richard, connaît un grand succès grâce à sa dernière création : les pâtes aux insectes.

« L’insecte, c’est la protéine du futur »

« Ce qui nous répugne, c’est le nom de l’ingrédient. Mais en vérité c’est délicieux, surtout avec du gibier », sourit Alain Limon, unique salarié de l’Atelier à pâtes, en s’apprêtant à lancer de nouvelles fournées de pâtes saveur grillon ou criquet. Ou grillon-criquet pour les plus gourmets.

« L’insecte, c’est la protéine du futur, de très haute qualité, bien assimilée par l’organisme et sans gluten », explique Stéphanie Richard, une professeur de français qui s’est lancée dans les pâtes. L’Atelier à pâtes produit quatre sortes différentes, toutes à base de farine de petit épeautre : grillon, criquet, grillon et criquet, ou grillon et cèpe. « Il y a un petit goût de noisette grâce au cèpe et cela ressemble à des pâtes au blé complet d’un point de vue gustatif », précise la quadragénaire.

>> A lire aussi: On a testé les hamburgers aux vers.

6 euros le paquet

Elle travaillait à l’élaboration d’une pâte hyperprotéinée pour sportifs lorsqu’un producteur d’insectes lyonnais l’a contactée. Convaincue, elle lance la production pour les fêtes. Quelque 500 paquets sont rapidement écoulés. « Le produit a eu un énorme succès tant il a suscité la curiosité », se réjouit la créatrice qui entame, face à la demande, sa deuxième production.

A un peu plus de 6 euros le sachet de 250 g, les pâtes aux insectes restent plus chères que des pâtes classiques, mais elles peuvent, souligne Stéphanie Richard, remplacer la viande pour les personnes qui n’en mangent pas - ou qui préfèrent les grillons.

Mots-clés :