Le boîtier Awaken Car alerte les secours en cas d'accident.
Le boîtier Awaken Car alerte les secours en cas d'accident. - Capture d'écran awaken.fr

C’est un petit boîtier qui peut faire de grandes choses notamment sauver des vies. Le produit est finalisé et s'appelle Awaken Car, reste maintenant à lancer sa production. La  start-up strasbourgeoise Awaken qui l’a mis au point a choisi de faire une campagne de crowdfunding pour la financer.

Notifications en cas d'accident, de vol

Awaken Car est le premier boîtier de ce genre en France, assure Mathis Ries ingénieur marketing de la société Awaken. Si des produits plus ou moins similaires existent aux Etats-Unis, le marché français voire européen reste à prendre, et c’est que compte bien faire la jeune société strasbourgeoise.

Le principe ? Un boîtier connecté qui s’adapte facilement sur toutes les voitures et c’est bien là sa force. Il se branche sur la prise diagnostic du véhicule et permet en cas d’accidents de transmettre une notification géolocalisée instantanément aux services de secours sans passer par un intermédiaire. Awaken Car peut également envoyer un signal aux proches de l’accidenté.

Le boîtier peut également lancer une notification géolocalisée au propriétaire via son smartphone lorsque son véhicule se déplace en cas de vol. Il permet aussi un diagnostic automatique au démarrage et pour les petites pannes, il propose une suggestion de tutoriels montrant comment changer la pièce défaillante. Enfin, Awaken Car analyse la panne moteur et offre des solutions adaptées en fonction de la gravité de la situation.

20.000 euros recherchés

« Nous allons lancer début mars une campagne de crowdfunding pendant une quarantaine de jours et nous espérons réunir au moins 20.000 euros pour lancer la production », explique Mathis Ries. Si tout roule pour la start-up strasbourgeoise, soutenue par la French Tech, Alsace innovation, le ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique et le ministère de l’Intérieur, le boîtier connecté devrait être disponible à la vente dès la rentrée et coûter une centaine d’euros. Quant à l’abonnement aux services, il avoisinerait les cinq euros par mois.

Mots-clés :