Elle lance une alerte à la bombe pour éviter la vente aux enchères de ses bijoux à Nancy (Illustration)
Elle lance une alerte à la bombe pour éviter la vente aux enchères de ses bijoux à Nancy (Illustration) - V. WARTNER / 20 MINUTES

Ce geste désespéré lui a valu, vendredi, une peine de quatre mois d’emprisonnement avec sursis et 140 heures de travail d’intérêt général. Une quinquagénaire mère de trois enfants, inquiète à l’idée de voir ses bijoux de famille vendus aux enchères de Nancy, avait déclenché une alerte à la bombe pour en empêcher la vente.

Cliente du Crédit Municipal, où elle avait contracté un prêt de 1.200 euros qu’elle n’était pas parvenue à rembourser, et au chômage depuis octobre, elle avait été contrainte de mettre des bijoux de famille en gage.

Le quartier bouclé, les ventes annulées

« J’ai voulu empêcher la vente de mes bijoux », a-t-elle concédé à la barre pour expliquer la série d’appels qu’elle a passés ce jour-là à la salle des ventes pour l’informer qu’elle y avait déposé des bombes.

Le bâtiment avait été évacué et le quartier bouclé. « Ce geste a eu pour conséquence l’annulation des ventes prévues ce qui a entraîné des pertes sèches et un manque à gagner », a déploré l’avocat des parties civiles, Me Patrice Buisson.

Mots-clés :