Schiltigheim, le 4 février 2016. - La ville de Schiltigheim s'est dotée de l'application de PayByPhone pour payer son parcmètre avec son téléphone.
Schiltigheim, le 4 février 2016. - La ville de Schiltigheim s'est dotée de l'application de PayByPhone pour payer son parcmètre avec son téléphone. - Floreal Hernandez

Depuis début janvier, à Schiltigheim, on peut sortir son smartphone pour payer son parcmètre. La ville s’est dotée de l’application PayByPhone, une première dans le Bas-Rhin. Quand on en parle à des Schilikois, l’information n’est pas encore bien passée, beaucoup comme Anne ignorent son existence. « Ça doit être parce que je ne paie jamais (elle insiste) mes tickets de stationnement nulle part », sourit la pétillante quadra.

Un SMS alerte de la fin de son stationnement

Lors des renouvellements d’abonnements en janvier, les services de la police municipale la proposaient. « Une cinquantaine de personnes ont pris l’appli plutôt qu’un abonnement de six mois », avance Isabelle Rothong, chef de poste de la police municipale de Schilick.


Avec PayByPhone, l’automobiliste paie directement son horodateur – une trentaine à Schiltigheim – avec son smartphone et peut recevoir une alerte quand sa période de stationnement touche à sa fin (facturée 15 centimes d’euro). Les agents de stationnement entrent, eux, la plaque d’immatriculation du véhicule (préalablement enregistrée par l’automobiliste à son inscription) pour voir si la voiture est en règle.

Plus besoin de monnaie !

Stéphanie a téléchargé l’application mais ne l’a pas encore utilisée. « Je me suis dit que ça pourrait être utile les jours où je ne trouve pas de place dans ma rue et que je me gare route de Bischwiller. Je n’ai jamais de monnaie. Ce qui fait que je ne payais pas et j’avais toujours la crainte de prendre une amende. »


C’est l’un des avantages énumérés par Jean-Marie Kutner, le maire de Schiltigheim de PayByPhone. « Ne plus avoir besoin de monnaie pour payer son stationnement. » Il poursuit : « On paie à la minute et on peut recharger son parcmètre sans se déplacer. » Il est également possible de régler son stationnement dans les 140 autres villes de France couvertes par l’appli. Pour Schiltigheim, il n’y a plus à gérer « les tonnes de monnaie des horodateurs », continue l’édile. Les PV sont électroniques et directement traités par le centre de traitement des infractions routières à Rennes.


6 % de paiement par l’appli à Colmar

A Colmar, on utilise PayByPhone depuis mars 2015. « Mille neuf cents places sont couvertes par 108 horodateurs », détaille Jean-Paul Sissler, adjoint au maire en charge de la voirie et du domaine public. Après « un démarrage poussif », l’élu annonce 6 % de paiement de stationnement via l’appli. « Il y en a eu 38.982 en dix mois. » Surtout, la ville remarque que le ticket moyen des horodateurs est plus important via PayByPhone, 1,72 euros, que par des pièces, 1,25 euros.

Le maire de Schiltigheim compte développer l’appli : « Que l’on puisse payer avec tout ce qui concerne la ville : la cantine, la garderie… C’est plus simple que de faire la queue à la mairie à la rentrée », estime Jean-Marie Kutner en secouant son téléphone.

Mots-clés :