Une malle d'animation réalisée par l'Olca pour faire redécouvrir la langue régionale alsacienne
Une malle d'animation réalisée par l'Olca pour faire redécouvrir la langue régionale alsacienne - OLCA

Pour les bénévoles qui initient les plus jeunes à la langue régionale, cette malle d’animation a tout d’un coffre au trésor. Chargés de faire découvrir l’alsacien aux enfants dans les établissements culturels, les associations ou à travers les rythmes scolaires – puisque la transmission du dialecte se fait de moins en moins dans le cocon familial — les bénévoles étaient à la demande de nouveaux outils. Avec cette Bàbbelkìscht, les voilà servis !

>> A lire aussi : Parler alsacien, c’est « moderne et un atout pour la jeunesse »

L’Office pour la langue et la culture d’Alsace (Olca), qui a formé une centaine de bénévoles, s’est associé aux bibliothèques départementales du Bas-Rhin et du Haut-Rhin pour répondre à une demande du terrain : « Ils nous disaient souvent qu’ils ne savaient pas comment faire parce qu’il n’y avait pas grand-chose qui existait, raconte Caroline Suss, chargée de mission à l’Olca. D’où l’idée de créer une malle ».

Une cinquantaine de supports

Le premier travail a consisté à recenser les différents supports bilingues ou trilingues. Une cinquantaine est finalement proposée dans la malle, parmi laquelle des imagiers, des albums, des CDs ou encore des jouets et peluches pour les jeux de rôle. « Le but est d’avoir une activité ludique, fun, dans un temps off. Il n’est pas du tout question d’apprendre un certain nombre de mots par séance », prévient la chargée de mission.

Cette malle, qui s’adresse aux enfants de 3 à 12 ans, a bien sûr vocation à grandir et s’enrichir. Il n’existe que trois Bàbbelkìscht pour le moment, en raison notamment de son coût de réalisation. Les animateurs pourront les emprunter à l’OLCA, à la bibliothèque départementale du Bas-Rhin et à la médiathèque du Haut-Rhin, selon les conditions propres à chacune des trois structures. Seul hic : « Il y a déjà des listes d’attente », grimace Caroline Suss.

Mots-clés :