Université de Strasbourg.
Université de Strasbourg. - G. Varela / 20 Minutes

Après son Bac S, Emma ne savait « pas trop quoi faire. Je n’avais pas pris le temps d’y réfléchir. J’en avais marre des sciences et parce que j’aimais le dessin, je suis entrée en fac d’arts ». La jeune femme a vite compris que cette filière ne lui correspondait pas. « En novembre j’ai commencé à décrocher. Je ne suis jamais retournée en cours après les vacances », raconte-t-elle.

Et alors qu’elle commençait à chercher un petit boulot, Emma entend parler du Diplôme universitaire (DU) Tremplin réussite de l’Université de Strasbourg (Unistra). Mis en place depuis 2011, ce DU « récupère les étudiants qui ne réussiront pas leur première année, lorsqu’ils ont complètement décroché ou qu’ils ont un besoin de réorientation », explique Sophie Kennel, responsable pédagogique du parcours sciences humaines de ce diplôme.

Un nouveau cursus

De février à juin, entre 30 et 40 étudiants que compte ce DU suivent ainsi une nouvelle formation pour se repositionner : le cursus mis en place permet de tout remettre à plat, leurs compétences d’étudiant comme leur projet professionnel, de la prise de notes à la validation d’une UE (unité d’enseignement) en passant par un stage d’observation.

« On prend vraiment le temps de réfléchir sur ce qu’on est, sur ce qu’on veut faire, estime l’étudiante. Il n’y a pas beaucoup de cours, donc on a le temps de se remettre en question. Je ne sais pas si toutes les villes ont un tel dispositif, mais elles devraient ! ». La Bas-Rhinoise de 18 ans a, elle, intégré un DUT Information-Communication en septembre 2015, où « ça se passe vraiment bien ».

>> A lire aussi: Comment être sûr de ne pas se planter sur ses voeux d'orientation? 

Le DU n’est pas le seul dispositif mis en place par l’Université de Strasbourg pour permettre aux étudiants de se réorienter au second semestre. Les étudiants de première et deuxième année ont la possibilité de rejoindre le Parcours rebond, un dispositif complémentaire et « plus léger ».

« J’ai trouvé ma voie »

Il s’adresse, depuis un an, aux étudiants de première et deuxième année et leur propose un accompagnement collectif (20 personnes) et individuel durant deux mois. Organisées en février et novembre, les sessions se composent d’une semaine à temps complet, de quatre demi-journées le mois suivant puis d’un stage d’observation. « C’est important d’être en groupe, parce que les étudiants qui se réorientent ont souvent un sentiment de culpabilité ou de solitude », remarque Alexandra Delaunay, chargée de projet du Parcours rebond.

>> A lire aussi : L’orientation reste un casse-tête pour les lycéens

Cédric, 20 ans, a bénéficié de ce dispositif en février 2015. « J’ai eu mon bac S, mais mon objectif était de faire une carrière militaire. J’étais déjà réserviste, mais on m’a dit qu’il valait mieux avoir un diplôme civil avant, confie-t-il. Je ne savais pas trop quoi faire, du coup je suis entré en DUT Génie Civil… et ça ne m’a pas plu ». Le jeune homme, « désespéré », s’est tourné vers les conseillers d’orientation de l’Espace Avenir de l’Unistra. Désormais, Cédric est en BTS Electrotechnique : « J’ai trouvé ma voie, donc je pense que je vais abandonner l’armée ».

Recrutement en cours

Sur les 2.000 personnes reçues depuis le début d’année à l’Espace Avenir, un quart s’y rend pour des questions de réorientation. « L’orientation est une réflexion permanente. Ce n’est pas juste rencontrer un conseiller, il faut y consacrer du temps », souligne Yannick Achard-James, responsable du Service étudiants à l’Espace Avenir, estimant que « les outils sont disponibles en amont » et qu’en étant utilisés intelligemment « ils peuvent éviter des erreurs d’aiguillage ».

Le recrutement pour ces deux dispositifs se déroule en ce moment. Pour le DU Tremplin réussite, les étudiants peuvent s’inscrire en ligne jusqu’au 21 janvier. Date à laquelle se tient la session d’information et d’inscription du Parcours rebond à l’Institut Lebel (amphithéâtre 2) de 11h à 12h.

Mots-clés :