Les 29 candidates de Miss Prestige National 2016.
Les 29 candidates de Miss Prestige National 2016. - Pierre Welter

Une réunion de famille plutôt que le grand barnum de Miss France. Téanie Jaquet, Miss Prestige Alsace 2015 a choisi de se présenter à Miss Prestige National plutôt qu’à celui diffusé sur TF1.

La jeune femme de 22 ans, originaire de Sundhouse (Bas-Rhin), apprécie le « côté familial » du comité Miss Prestige National : « Je ne cherchais pas la médiatisation qui entoure Miss France. » En lieu et place de la première chaîne française, l’élection de Miss Prestige National depuis Soultzmatt sera retransmise par 14 télévisions régionales dont Alsace 20.

>> A lire aussi : Geneviève de Fontenay « tourne la page des Miss » à 83 ans.

« Plus attachée à ma région qu’attachée de presse »

Un discours que l’on retrouve chez Miss Prestige Alsace 2014 et 4e Dauphine de Miss Prestige National 2015, Léa-Marie Grotzinger. Sur les communiqués de presse, on retrouvait son numéro de téléphone à la ligne attachée de presse.

« Je donne un coup de main à mon comité. Je suis plus attachée à ma région et son comité qu’attachée de presse », précise l’étudiante en 3e année à l’IEP de Strasbourg. Outre « une famille » trouvée au sein de son comité, Léa-Marie Grotzinger s’est fait des copines : « Rhônes-Alpes, Provence, entre Miss, on s’appelle par le nom de nos régions. »

Petit déjeuner sous les palmiers avec Rhône Alpes

Posté par Léa-Marie Grotzinger - Miss Prestige Alsace 2014 sur vendredi 27 novembre 2015


Les deux jeunes femmes n’ambitionnaient pas une carrière médiatique en participant à ce concours. « Je ne vis pas Miss, je ne mange pas Miss », lance Léa-Marie Grotzinger qui prolonge son aventure de Miss avec un peu de mannequinat.

Si Téanie Jaquet remporte l’écharpe de Miss Prestige National, « il n’y aura pas de problème sur ma vie privée. A la différence de Miss France, on est surtout sollicité le week-end, on peut continuer ses études ou sa vie professionnelle ».

>> A lire aussi : Star Clash Miss France vs Miss Prestige National.

Bisounours

Léa-Marie Grotzinger concède que le discours qu’elle tient « peut faire Bisounours » mais il est réel.

Et puis comme dans toutes les familles, il y a aussi toujours quelques petites histoires. Dans L’Alsace, Christiane Lillio, présidente du comité Miss Prestige National, a égratigné Geneviève de Fontenay. « Quelle grande dame ? Le respect doit être réciproque », lance-t-elle et révélant des cachets réclamés trois fois plus élevés que ceux de Miss Prestige par la dame au chapeau.

Mots-clés :