Un jeune homme est décédé après avoir inhalé du gaz hilarant dans les Vosges.
Un jeune homme est décédé après avoir inhalé du gaz hilarant dans les Vosges. - Capture d'écran - Google Maps

Tué par du gaz hilarant. Le décès d’un jeune homme de 26 ans, lors d’une soirée entre amis dans la nuit du 1er au 2 janvier à Ventron dans les Vosges, est « manifestement lié à la consommation de protoxyde d’azote », plus connu sous le nom de gaz hilarant, a indiqué mardi le procureur d’Epinal, Etienne Manteaux.

Lors d’une soirée festive, la victime et une dizaine d’autres jeunes ont utilisé une bonbonne de gaz hilarant, de plus en plus couru dans les soirées où il a pour effet de faire rire et de modifier la voix de celui qui l’inhale, en général via un ballon de baudruche.

>> A lire aussi : Protoxyde d’azote, « désormais à chaque soirée, chacun ramène son cracker et ses ballons »

« A 02h30 du matin (la victime) remet le ballon sur la bonbonne, le charge, et aussitôt chargé, inhale le produit », sans passer par la phase de réchauffage du gaz, contenu à -50°C dans les bonbonnes. « Aussitôt après l’inhalation, il commence à rire, puis est pris de convulsions immédiatement », raconte le procureur. Appelés sur les lieux, les pompiers ne peuvent que constater le décès du jeune homme, tout juste reçu au concours d’infirmier.

Victime d’un œdème pulmonaire massif

Au cours d’une autopsie lundi à Nancy, « les médecins ont mis en évidence un œdème pulmonaire comme cause du décès », a précisé Etienne Manteau, ajoutant que, classiquement liés à des problèmes cardiaques, les œdèmes « peuvent être liés à l’irritation des voies aériennes suite à l’inhalation d’un gaz toxique. Or, très froid, le gaz hilarant peut être considéré comme toxique ».

De l’alcool et de la marijuana ayant également tourné lors de la soirée, une analyse toxicologique est encore prévue.

Mots-clés :