Strasbourg: Des collégiens du Stockfeld vont débattre avec des grands acteurs de la COP 21

ENVIRONNEMENT Une classe de cinquième s'implique pour préserver la planète et va présenter son projet sur les économies d’énergies à l’auditorium de France Info…

Gilles Varela

— 

La classe de cinquième du collège Stockfeld qui va participer à l'opération #maplanete2050 de France info

La classe de cinquième du collège Stockfeld qui va participer à l'opération #maplanete2050 de France info — G. Varela / 20 Minutes

Des économies, ça ne se refuse pas et si Thomas, élève en classe de cinquième au collège du Stockfeld est très content de contribuer à réduire la facture d’électricité de sa famille, il est, comme Kevin et les 24 autres élèves de sa classe, « très impatient et aussi très fier » de se rendre à Paris le 3 novembre pour l’opération #maplanète2050 de France Info. Une opération qui va réunir plus de 1.000 élèves venus de toute la France et organisée dans la perspective de la COP 21.

Une seule classe par académie

Et fiers ils peuvent l’être car c’est la seule classe de l’académie qui a été retenue pour participer à cette opération nationale qui se déroulera à l’auditorium de Radio France et où seront présentés tous les projets « concrets » pour préserver l’environnement. Pour les collégiens du Stockfeld, il s’agit d’une chanson mais aussi d’une initiative sur laquelle ils travaillent toute cette année scolaire.

>> En VIDEO : La chanson préparée par les élèves

Des gestes éco-responsables qui s’exportent à la maison

Le projet, porté par Flora Rabahi, professeure de science et vie de la terre, est activement soutenu par une poignée de collègues d’autres disciplines. Les élèves ont choisi le thème des économies d’énergies, et dressé un diagnostic énergétique de l’établissement. Celui-ci a permis non seulement de réaménager certains équipements électriques ou de chauffage, mais aussi, scolairement, de favoriser des projets interdisciplinaires.

>>A lire aussi : Limiter le réchauffement climatique est encore possible

« Des gestes qui s’exportent ensuite à la maison », espère leur professeure. Entre regret et amusement, Thomas assure : « Avant, j’aimais prendre des bains. Maintenant je dois prendre des douches, cela fait des économies à ma maman », plaisante le collégien.

« Le projet, c’est aussi d’éviter le gaspillage, apprendre à mieux consommer et avoir des gestes simples comme apprendre à éteindre son ordinateur, savoir quels types d’ampoules il faut utiliser », explique Flora Rabahi. « Il faudrait prendre la douche du légionnaire [une douche chronométrée et quantifiée comme sur le terrain des opérations] », surenchérit Kevin.

Une attestation comme celle délivrée pour la sécurité routière

Dernière proposition, les progrès devraient faire l’objet d’une double évaluation. Une « pratique » pour le collège en comparant les factures énergétiques d’une année à l’autre, ou en comptabilisant les collégiens sensibilisés aux ateliers, ou la présence de leurs parents lors des présentations faites aux autres élèves. Et une personnelle des collégiens en classe de 5e et 3e qui pourraient obtenir une attestation, comme celle délivrée pour la sécurité routière, sur les écogestes acquis aussi bien à la maison qu’à l’école.

Les élèves échangeront et débattront à la Maison de la Radio à Paris avec de grands acteurs de la COP 21 pour évoquer les idées et les solutions à mettre en œuvre. Idées qui seront compilées dans « un livre blanc de la jeunesse » et remis officiellement ensuite aux organisateurs de la COP 21.