Strasbourg: L'université s'interroge sur le harcèlement sexuel

SOCIETE Un film choc est projeté en avant-première à l'Unistra, mercredi...

Floréal Hernandez

— 

Université de Strasbourg. (Illustration)

Université de Strasbourg. (Illustration) — G. Varela / 20 Minutes

Un film choc pour évoquer un sujet peu abordé dans les universités. Mercredi, l’Université de Strasbourg organise une conférence-débat* autour du film documentaire The Hunting Ground (Le Terrain de Chasse) qui traite du viol des étudiantes et des étudiants dans les universités américaines, qui sera diffusé le 24 novembre à 23h10 sur Canal +.

L’Unistra, c’est 50.000 personnes

L’Unistra est la première université française à projeter le film en avant-première. Avant le docu, des planches du projet Crocodiles de Thomas Mathieu sont affichées dans l’Unistra. Ensuite, un débat se tiendra. « On a voulu l’ouvrir plus largement en abordant le harcèlement sexuel à l’université et un harcèlement qui n’est pas qu’entre les étudiants », explique Isabelle Kraus, maître de conférence à l’Institut de physique et chimie des matériaux de Strasbourg et chargée de mission Egalités-Diversité à l’Unistra.

>> Bande-annonce de The Hunting Ground (VO).



La physicienne rassure : « On s’intéresse au harcèlement sexuel à l’université car on a eu l’opportunité de le faire par la proposition de Canal + de montrer The Hunting Ground. Il n’y a pas un événement ou un contexte à l’origine de ceci. » Toutefois, si aucune victime n’est venue se déclarer, Isabelle Kraus n’est pas dupe : le harcèlement sexuel existe à l’université de Strasbourg – ville dans la ville de 46.000 étudiants (58% d'hommes, 42% de femmes) et 5.200 salariés (51% et 49%) – comme partout dans la société. « Ce n’est pas une zone protégée », note-t-elle.

Une cellule de veille contre le harcèlement sexuel à Lille 3 depuis 2006

« C’est un sujet délicat, souligne la maître de conférence. Car quand la victime se déclare, comment continue-t-elle ses études ? Souvent, on constate que les victimes se déclarent après l’obtention de leurs diplômes. »

Lors du débat après la projection, la directrice du Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPS) et le directeur du service des affaires juridiques de l’Unistra. A leurs côtés, il y aura aussi Nathalie Coulon qui vient de Lille 3. Cette université a été la première à disposer d’une Cellule de veille et d’information sur le harcèlement sexuel. Nathalie Coulon la coordonne depuis 2006.

Un guide pour lutter contre le harcèlement

Suite à Lille III, les universités de Bordeaux Montaigne et de Lille 1 ont créé une telle cellul il y a un an. Isabelle Kraus ambitionne d’en voir une à l’Unistra mais est consciente des délais pour la mettre en place. « Entre un an et demi et deux ans. »

Pour que la projection de The Hunting Ground ne soit « pas un événement ponctuel mais le début d’une réflexion », la chercheuse a créé un flyer avec numéros et sites Internet utiles ou lieux ressources si un cas de harcèlement sexuel se présentait à l’Unistra. Il existe également un guide pour s’informer et se défendre initié par le Collectif de lutte anti-sexiste contre le harcèlement sexuel dans l’enseignement supérieur (CLASCHES).

*Ouverture de la soirée à 18h15. Projection réservée aux étudiants et personnels de l'Unistra.