Saint-Valentin: Comment Marc-Philippe a réussi à faire sa demande en mariage en public

AMOUR Faire sa demande en mariage en public, Marc-Philippe l'a fait en 2014 lors de «Strasbourg, mon Amour». Et Caroline a dit...

Floréal Hernandez

— 

Marc-Philippe fait sa demande en mariage à Caroline sur le Barrage Vauban, à Strasbourg, le 8 février 2014.

Marc-Philippe fait sa demande en mariage à Caroline sur le Barrage Vauban, à Strasbourg, le 8 février 2014. — Philippe de Rexel

«Strasbourg, mon Amour» a commencé vendredi (jusqu'au 15 février). Lors de sa deuxième édition, en 2014, l'opération a eu sa première demande en mariage. Celle de Marc-Philippe à Caroline. Un an après où en sont les deux amoureux bas-rhinois?

Marc-Philippe, pourquoi avoir choisi de faire votre demande en mariage à Caroline sur le Barrage Vauban, le 8 février 2014?
J'ai eu l'idée par l'opération «Strasbourg, mon Amour». Le Barrage Vauban devenait le Pont des Soupirs. J'ai trouvé que c'était l'endroit le plus calme, le plus romantique à Strasbourg pour faire ma demande.

>>> 10 lieux où faire sa déclaration d'amour à Strasbourg.

Comment s'est montée l'opération pour faire votre déclaration?
Je suis entré en contact avec l'Office de tourisme de Strasbourg et de sa région. On m'a demandé pourquoi je faisais ma demande là, quelle devait être l'ambiance, de fournir une musique [The Lightning Strike de Snow Patrol] et une photo qui serait projetée sur l'une des tours des Ponts Couverts. Puis est arrivé le jour J. Avec Caroline, on a fait un tour sur le Barrage Vauban dans la matinée puis on y est retournés le soir. Là, j'ai fait ma demande alors qu'il y avait une trentaine de personnes sur le barrage (sourire).

>>> The Lightning Strike de Snow Patrol.

Ce n'était pas trop difficile de faire cette demande en public?
C'était un peu intimidant. Mais C'était grandiose à faire car on sait que c'est quelque chose d'exceptionnel.

>>> Nos trois coups de cœur de «Strasbourg, mon Amour».

Comment avez-vous fait votre demande?
Quand sommes arrivés, j'ai emmené Caroline face à la tour. Une fois en place, la musique a été lancée, la photo est apparue et je me suis lancé.

Et quelle a été la réaction?
Ça a été la grande surprise. Quand Caroline a vu la photo, entendue la musique, elle s'est figée, se demandant: «Que se passe-t-il?». (silence)

Et elle a dit oui?
Ah oui! Heureusement, sinon je pense que je sautais du pont (sourire).

>>> Strasbourg veut sauver le slow.

Et aujourd'hui, vous êtes mariés?
Non, pas encore (rire). Mais on prépare le mariage, ce sera le 12 septembre 2015.

Un an après, quel souvenir gardez-vous de votre demande?
C'est un peu le début d'un rêve. J'ai eu une chance énorme. Si c'était à refaire, je le referai immédiatement. Depuis je suis heureux...