Cycliste à Strasbourg. (Archives)
Cycliste à Strasbourg. (Archives) - G. VARELA / 20 MINUTES

Pas facile de faire du vélo en janvier, entre le froid qui vous agresse et le verglas qui tente de vous faire tomber. Julien Tomasi, cycliste du VCU Schwenheim et pompier dans le civil, se rend tous les jours d'Eckbolsheim à la caserne de Cronenbourg à vélo. Le vainqueur de dix courses en 2014 livre ses conseils pour rouler bien au chaud et en toute sécurité de chez vous à votre travail.

Protéger les extrémités

Pour les mains, Julien Tomasi enfile des gants de ski sur des gants de soie quand les températures sont inférieures à 0°C. Au-dessus de 0°C, il double ses gants de soie d'une paire de gants en Gore-Tex ou en polaire. «Toutefois, il faut garder une certaine aisance, de la mobilité.» Pour les pieds, il conseille de porter une paire de chaussures de randonnée en Gore-Tex qui protégera du vent et de l'humidité. Pour ceux qui doivent porter des chaussures de ville au travail, la solution peut être de les mettre dans un sac. Les chaussettes en laine sont aussi les bienvenues.

>> Pour France 3 Alsace, Julien Tomasi a repéré le col du Markstein au programme du Tour de France 2014

Une tête bien emmitouflée

Si vous croisez Julien Tomasi par temps froid, pas dit que vous le reconnaissiez. Il couvre sa tête d'un bonnet et porte un cache-cou qu'il «remonte jusqu'aux oreilles. Et s'il fait très froid et humide, je mets des lunettes.» Le cycliste reconnaît: «Je ne suis pas quelqu'un qui achète les dernières nouveautés, je suis plutôt remède de grand-mère (sourire)

Avoir des garde-boue sur son vélo

«C'est essentiel pour se protéger de l'humidité l'hiver. Ça évite d'avoir les pieds ou le dos mouillés», lance Julien Tomasi. Son petit conseil pour choisir un garde-boue: en prendre un avec de grandes flasques pour éviter toute projection d'eau ou de neige fondue.

Un conseil de pro qui ressemble à celui d'une grand-mère

«Pour ceux qui sont surpris par le froid, ils peuvent mettre un journal sur le torse pour se couper du froid. C'est une technique que les coureurs utilisent sur le Tour de France depuis cent ans dans les descentes de montagne», révèle Julien Tomasi. Un journal sur la selle peut aussi permettre de ne pas se geler les fesses sur son vélo.

Avoir des pneus pas trop gonflés

La conduite sur neige ou sur le verglas n'est pas sans risques. Julien Tomasi recommande de «rouler bien droit, de ne pas prendre d'angle dans les virages, de privilégier les grandes courbes et d'éviter les grands coups de frein». Le cycliste du VCU Schwenheim préconise «des pneus pas trop gonflés pour rouler sur la neige» et incite à vérifier ses freins: «Les patins classiques fonctionnent moins bien avec l'humidité. Par contre, les freins à disque marchent bien dans n'importe quelle condition.» Ultimes recommandations de Julien Tomasi: avoir des lumières car «dès 16h-16h30, il fait nuit». Par ailleurs, «ne pas porter de casque audio (il insiste)». Et ce, par n'importe quel temps.

Mots-clés :