Delphine Linck, en CDI depuis avril.
Delphine Linck, en CDI depuis avril.

A 22 ans, Delphine Linck a stoppé ses études de langues étrangères appliquées. Elle a candidaté à la brasserie Kohler-Rehm, place Kléber. « J'avais déjà un petit peu d'expérience du service, mais j'ai encore beaucoup de choses à apprendre », avoue-t-elle. Cela tombe bien, puisqu'elle a pu signer le 9 avril l'un des premiers contrats de génération en Alsace.

12 000 € d'aides


Le dispositif vise à assurer l'emploi des seniors et l'insertion des jeunes, tout en favorisant la transmission de compétences des uns aux autres. Ainsi les entreprises de moins de 300 salariés peuvent-elles bénéficier d'une aide de 12 000 € sur trois ans pour l'embauche en CDI d'un jeune de moins de 26 ans et le maintien dans l'emploi d'un salarié de plus de 57 ans. « A ce jour, 136 contrats de génération ont déjà été signés, dont 84 dans le Bas-Rhin », précise Thomas Kapp, de la Direccte Alsace. « Ce sont les activités à forte main-d'œuvre qui vont s'engager le plus facilement, juge Gilles Le Quellec, le patron de Kohler-Rehm. Ici, la main-d'œuvre représente 40 % de notre compte d'exploitation. On doit donc impérativement trouver des solutions pour faire baisser ces coûts et augmenter la compétitivité de l'entreprise. » Bon élève du dispositif, il a déjà recruté trois jeunes par le biais de contrats de génération. Et il a identifié un écueil pour l'avenir : le manque de salariés de plus de 57 ans. Mais à défaut, il est possible d'embaucher un salarié de plus de 55 ans. T. C.