Deux cents places seront disponibles à la rentrée chez des partenaires.
Deux cents places seront disponibles à la rentrée chez des partenaires. - A. Gelebart / 20 Minutes

Thomas Calinon

Le conseil général va développer les parkings de covoiturage à moindre coût. Confronté à la saturation de trois des sept aires existantes, il va inaugurer, en septembre, 20 nouveaux sites d'une dizaine de places. Mais ils existent déjà, puisqu'il s'agit d'utiliser des places habituellement disponibles sur des parkings de grandes surfaces et d'équipements communaux proches des grands axes.

Bientôt 1 000 places


« C'est une façon de réutiliser l'espace pour éviter de consommer du foncier, et mettre le parking sur une carte des aires de covoiturage, c'est une forme de publicité » pour les enseignes concernées, explique Guy-Dominique Kennel (UMP), le président du conseil général, dont l'investissement se limite à l'installation de panneaux de signalisation. « On n'a pas trop de difficultés à convaincre les hypers et les communes, parce qu'ils savent pertinemment que certaines de leurs places de parking sont déjà utilisées de fait par des covoitureurs », poursuit Guillaume Bihet, responsable des études transports du département. Selon lui, les commerces qui mettent à disposition leur foncier ont ainsi l'occasion de « valoriser leur image ». A terme, l'objectif est de disposer de 1 000 places de ce type.

■ Trois aires doublées

Les trois aires de covoiturage saturées vont être peu à peu étendues afin de doubler leur capacité. Les travaux auront lieu cette année à Barr, en 2014 à Sarre-Union et en 2015 à Seltz.