Des roses et des choux. Voilà le nom du projet d'Eugénie Ruff. Cette Strasbourgeoise, 30 ans et mère de deux garçons, veut ouvrir un café « parents-enfants » à Strasbourg. Pour concrétiser son projet, elle compte sur les internautes via le site de financement participatif KissKissBankBank*. « Je ne pensais pas passer par ce biais. Mais j'ai constaté dans mon business-plan que mon apport était insuffisant. Une amie m'a alors orienté vers la plateforme », raconte Eugénie Ruff. Lundi, au bout d'un mois de mise en ligne, elle a récolté 4 480 €. Il lui reste 47 jours pour atteindre 10 000 €, l'objectif. « Ce système a deux intérêts. Celui d'avoir un capital de départ et aussi de faire connaître le projet en amont, de créer une attente », note la trentenaire.

Boire, manger et s'occuper


L'idée lui est venue avec la naissance de son fils Antoine. « Je me suis rendu compte que les établissements du centre-ville n'étaient pas adaptés. Il n'y a pas d'endroits où langer les petits. Dans un café traditionnel, les tables sont trop serrées pour les poussettes, les gens qui les fréquentent ont peur du bruit que peuvent faire les enfants. » Eugénie Ruff souhaite donc créer un lieu où boire, manger et éveiller et sociabiliser les enfants et pour occuper les parents par divers ateliers. Quant à l'emplacement du café, vintage et moderne à la fois, elle l'imagine au centre-ville, dans une rue piétonne et proche du tram. Il pourrait ouvrir, si le projet est validé, en août.

■ Une thèse financée sur Internet

Pour boucler sa thèse, elle aussi compte sur l'aide des internautes. D'origine Moldave, Olga Turcan jongle entre sa thèse de doctorat à Strasbourg et les petits boulots. Il ne lui reste que huit mois de travail pour rédiger sa thèse, mission impossible en cumulant un travail. Infos sur : www.indiegogo.com/projects/moldova-mon-amour

Mots-clés :

Aucun mot-clé.