En moyenne, sur 100 déplacements dans la CUS en 2009, 8 se faisaient à vélo.
En moyenne, sur 100 déplacements dans la CUS en 2009, 8 se faisaient à vélo. - G. VARELA/20MINUTES

Force est de constater qu'à Strasbourg, il est plus facile de se déplacer en tram, en bus, à vélo ou même à pied, que de circuler en voiture. Une situation qui encourage le développement de ces modes de transport dans la capitale alsacienne. Ces initiatives déjà opérationnelles et mises en place par des institutions, des associations ou des entreprises, ont été présentées mardi dans les locaux de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (DREAL) à Strasbourg, dans le cadre de la semaine européenne de la mobilité.
Les Strasbourgeois, eux, en sont friands : « Ils ont l'habitude de voir les modes de transport se mélanger, estime Claire Chaffanjon du DREAL. « Il n'y a pas beaucoup de villes où on accepte de les mêler, de voir des cyclistes au milieu des piétons… A Strasbourg, il y a une bonne pratique de ces modes alternatifs. »

Forte pratique du vélo
En 2009, sur 100 déplacements effectués dans la CUS, « 46 se faisaient en voiture, 33 à pied, 13 en transport en commun, 8 à vélo et un en deux-roues motorisé, a annoncé Patrick Saule de l'association Cadr'67. Au niveau des cyclistes, on est largement au-dessus de la moyenne nationale, qui est à 3 % ». Marquée par cette forte pratique du vélo, la ville a par ailleurs mis en place « le premier plan piéton de France », rappelle Claire Chaffanjon. Alors exit la voiture ? Pas vraiment. « Le mode routier a son intérêt mais ce sont les modalités d'usages qui doivent évoluer. » Dans cette optique, la société Autotrement propose un système de voiture partagée, auquel 3 000 personnes sont abonnées. « Le but est de disposer d'une voiture uniquement lorsqu'on en a besoin, résume le directeur Jean-Baptiste Schmider. Et on peut l'utiliser en intermodalité, puisque des stations sont présentes dans dix gares SNCF d'Alsace. » C'est d'ailleurs sur ce volet que des efforts restent à faire, selon la membre du DREAL : « L'équipement est là. L'avenir est donc d'optimiser les usages de ces modes de transport complémentaires, mais aussi leurs interfaces ».

signature de la charte « Objectif CO2 »

Cinq entreprises alsaciennes vont signer, vendredi, la charte « Objectif CO2 : les transporteurs de voyageurs s'engagent ». Il s'agit d'Autocars et transports Royer, de la Compagnie des transports du Bas-Rhin, de Métro Cars, d'Autocars Schmitt et de LK - Voyages Lucien Kunegel. Représentant 31 % des entreprises détenant plus de 50 véhicules, ces sociétés s'engagent ainsi à réduire leurs émissions de CO2 liées à la consommation de carburant.

Mots-clés :

  • Aucun mot-clé