US Open: Construire un toit, une question Central

0 contributions
Publié le 9 septembre 2012.

TENNIS - Encore une fois, la finale du Grand Chelem américain aura lieu lundi...

Prendre son billet retour pour le lundi est une erreur de débutant quand on suit l’US Open. Depuis cinq ans, la finale masculine a toujours été décalée en troisième semaine, en raison des intempéries. Celle de l’édition 2012 ne fera pas exception après l’avis de tempête qui touche New-York depuis samedi. «Nous commençons à être très fatigués d'avoir une finale le lundi», a reconnu Stephen Brewer, le patron du tournoi. Après une interruption, la demi-finale entre Djokovic et Ferrer se terminera dimanche, ce qui fait les affaires d’Andy Murray, qualifié depuis la veille pour sa cinquième finale de Grand Chelem, après sa victoire contre Berdych.

Au chaud, le Britannique a pu observer ses adversaires potentiels rentrer en vitesse au vestiaire, puis à l’hôtel après consultation de l’Evelyne Dhéliat locale. Tout le nord-est des Etats-Unis était menacé de tornade, avec la formation d'un «outbreak», une multiplication de tempête liée à la rencontre entre l’air froid des Grands Lacs et l'air tropical remontant de Floride. Dans les rues de Brooklyn et de Queens, des débris ont voltigé alors que des fenêtres ont volé en éclat.

Un toit? Trop onéreux

A la longue, difficile de comprendre comment le Grand Chelem New-Yorkais n’a toujours pas équipé son Central d’un toit. Wimbledon et Melbourne en possèdent déjà un. Roland-Garros sera couvert à partir de 2017. Mais pour Flushing Meadows, toujours rien. Le plan de rénovation des infrastructures, révélé en juin la fédération américaine (USTA), ne prévoit pas de couvrir son court principal.

400 millions d’euros devraient être investis pour la construction d’un nouveau court de 15.000 places sur le site du court Louis Armstrong. Le court 3 sera aussi remplacé par une nouvelle enceinte de 8.000 places. Quand au Court Arthur Ashe, l'USTA  assure que sa couverture présente des difficultés techniques importantes qui entraineraient un coût trop élevé. L'autre critique concerne le «super Saturday», ce «super samedi» où sont programmées les demi-finales messieurs et la finale dames et qui contraint les finalistes à enchainer demi-finale et finale en deux jours. Construite sur mesure pour répondre aux exigences des diffuseurs, cette programmation a prouvé ses limites et sera abolie dès l’année prochaine. Pour enfin permettre à tout le monde de décoller le dimanche soir?

R.S.
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Nadal 6-3, 6-3 Dodig
Verdasco 6-3, 6-3 Almagro
Giraldo 4-6, 6-4, 7-5 Thiem
Kohlschreiber 7-5, 6-3 Melzer
Robredo 7-5, 6-7 (3), 7-6 (5) Cilic
Golubev 6-0, 6-4 Nishikori
Montanes 7-5, 6-1 Gulbis
Cervantes 6-4, 6-2 Gabashvili
Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr