Roland-Garros: Les conseils de Roger Federer à David Goffin

3 contributions
Publié le 3 juin 2012.

TENNIS - La révélation du tournoi a été éliminée parle Suisse en huitièmes de finale...

La belle histoire du tournoi a dit au-revoir à la Porte d’Auteuil. Le Belge David Goffin, qui a profité du forfait de Gaël Monfils pour se faufiler en 8e de finale, s’est finalement incliné contre Roger Federer (5-7, 7-5, 2-6, 4-6). «Ce n’est pas David qui donne le match, c’est Federer qui va le chercher», se satisfait Reginald Williams, le coach de la merveille liégeoise. Confirmation du Suisse lui-même: «Ce n’est pas le plus lourd du circuit, donc il bouge bien. Il touche très bien la balle, il voit bien le jeu. En fait, c’est difficile de le lire», loue le recordman des trophées en Grand Chelem. La victoire, le lucky-loser avoir même l’avoir entrevu: «Bien sûr que j’y ai cru! Après le premier set, je n’allais pas arrêter le match pour rentrer à l’hôtel», se marre-t-il.

Federer-Goffin est à revivre en live comme-à-la-maison

Ce potentiel-là, Goffin va devoir le travailler dans les semaines qui viennent. Son prochain tournoi? Les qualifications de Wimbledon. D’ici là, l’énorme vague d’engouement qui s’est déclenchée en Belgique ne devrait pas trop retomber. Mais ça n’a pas l’air de lui faire plus peur que ça. «L’attente sera plus forte. Mais je travaille sur un développement à long terme, il y a encore beaucoup de boulot», assure Goffin. «Il peut aller loin, ajoute Federer. J’espère qu’il pourra entrer dans le Top 20».

 Federer: «S’il a des questions, je suis sur le circuit, il sait où me trouver»

Le n°3 mondial est rarement autant interrogé sur son adversaire, surtout après l’avoir battu. Mais sur le cas Goffin, l’Helvète n’a pas été avare de conseil. «Il faut qu’il fasse confiance à une ou deux personnes. Parce que certains vont monter dans le train. Et puis s’il a des questions, je suis sur le circuit, il sait où me trouver». A 30 ans, le Suisse a pris un coup de vieux depuis qu’il se met à battre des joueurs dont il est le héros. «J’étais conscient que ça arriverait un jour. D’ailleurs, ça m’est arrivé à moi quand j’ai commencé à jouer contre Agassi ou Sampras», sourit Federer.

 

Antoine Maes, à Roland-Garros
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr