Racing-Métro: «On n'a rien à envier aux cadors du Top 14»

1 contribution
Publié le 29 août 2012.

RUGBY - Henry Chavancy, le trois-quarts centre du Racing-Métro, est persuadé que son club peut rivaliser avec les grands favoris du championnat malgré la défaite in extremis face à Toulon (21-23) le week-end dernier...

La déception a été rude. Passé à quatre minutes d’un début de saison parfait face à Toulon –deux victoires lors des deux premières journées– le Racing-Metro se retrouve déjà sous pression avant de retrouver Bordeaux-Bègles samedi. Une situation qui n’inquiète pas Henry Chavancy, convaincu que le Racing version Quesada peut viser très haut dans ce Top 14.

Comment situez-vous le niveau du Racing-Metro après deux journées?

Perdre un match dans les dernières minutes comme face à Toulon n’est jamais agréable, surtout à domicile. Mais on a eu la sensation de pouvoir l’emporter alors qu’on nous promettait l’enfer. Avec un peu plus de maîtrise, on aurait pu finir devant. Cela prouve qu’on n’a pas grand-chose à envier aux cadors du Top 14.

Vous considérez donc parler d’égal à égal avec Toulouse, Toulon, ou Clermont?

Ce serait manquer d’humilité que de dire qu’on peut viser le titre dés aujourd’hui. Mais le Racing fait partie des quatre ou cinq équipes qui ont les moyens d’aller en phases finales. Après, tout peut arriver, on l’a vu la saison dernière quand on a failli surprendre les Toulonnais (ndlr: défaite en barrages 17-13 à Mayol) après la saison qu’on a réalisée.

Justement, les remous de l’exercice passés sont-ils définitivement derrière vous?

Tout a été beaucoup exagéré, l’ambiance a toujours été bonne au sein de l’équipe. Je n’ai pas très envie de revenir là-dessus. Aujourd’hui, on s’appuie sur un nouvel entraîneur qui travaille dans la continuité, à nous de nous responsabiliser.

Le discours de Gonzalo Quesada ne diffère donc pas tant que ça de celui de Berbizier?

Il essaie d’avantage de nous désinhiber, de nous forcer à être plus joueurs. On l’a d’ailleurs vu à Agen (ndlr: victoire 24-20) et contre Toulon qu’on pouvait envoyer du jeu, se faire des passes, et que ça marchait. Evidemment, il ne faut pas tomber dans l’excès mais c’est bien d’être ambitieux en début de saison.

Des bonnes intentions qu’il est difficile de tenir quand la victoire est déjà impérative, comme face à Bordeaux-Bègles samedi à Colombes…

C’est vrai qu’on avait à cœur de rester invaincus à domicile cette saison et qu’on ne peut pas se permettre un deuxième échec de rang. Bordeaux-Bègles est une équipe sous-estimée, on l’a encore vu faire un super match contre Perpignan. Il faudra être à la hauteur, ça s’annonce difficile.

Propos recueillis par Julien Laloye
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr