TOP 14: La mêlée toulousaine a tout cassé

5 contributions
Publié le 10 juin 2012.

RUGBY- Le Stade Toulousain a remporté un 19e titre de champion de France, son deuxième d'affilée, samedi à Saint-Denis, grâce à un pack dévastateur, qui a surclassé les avants de Toulon dans une triste finale (18-12)...

Auteur des 18 points de son équipe (le même total que contre Castres en demi-finale, 24-15) et d’un 100% de réussite sur pénalité (comme face au CO), Luke McAlister a largement contribué au succès du Stade Toulousain en finale du Top 14, samedi sur Toulon (18-12). Mais l’ouvreur néo-zélandais a surtout profité de l’incroyable travail de sape de son pack, sa première ligne Johnston – Servat – Steenkamp en tête. Privée du pilier droit All Black Carl Hayman (suspendu), son homologue varoise Lewis-Roberts – Bruno – Kubriachvili a souffert le martyre. «On a été trop dominés devant pour espérer quelque chose», reconnaît le centre toulonnais Mathieu Bastareaud, venu «mourir» lors d’un ultime «pick and go» à quelques centimètres de la ligne stadiste et, partant, d'une victoire quasiment miraculeuse.

Les avants stadistes brisent leur machine à mêlée !

«On ne croyait pas qu’on allait dominer autant que cela, admet le deuxième ligne toulousain Patricio Albacete. A Toulon [25-23 le mois dernier, en phase régulière], on avait été ultra-battus en mêlée. On ne voulait pas que cela se répète.» L’Argentin est interrogé sur les méticuleux réglages forcément peaufinés cette semaine, dans le secret du huis clos. «  Franchement, on na même pas travaillé ce secteur, s’esclaffe l’Argentin. La machine pour s’entraîner aux mêlées s’est cassée. On a même failli perdre William [Servat] et Gurthö [Steenkamp], qui se sont blessés lorsque cela s’est passé. » Apparemment, le talonneur désormais retraité, qui va succéder à Yannick Bru à la tête des avants du club, ainsi que l’impressionnant pilier gauche sud-africain, n’avaient pas de séquelles. «Rien ne pouvait m’arrêter avant cette finale», glisse Steenkamp, pas épargné par les pépins physiques depuis son arrivée à l’automne dernier, après le Mondial néo-zélandais.

Retraites glorieuses, finale ennuyeuse

Surmotivés par la perspective d’offrir une fin glorieuse à Servat (34 ans) et à Daan Human (36 ans), le pilier gauche sud-africain entré en fin de match, les avants toulousains ont largement gagné la bataille des tranchées de Saint-Denis.  «Les téléspectateurs incultes», évoqués par Bru, qui va s’occuper à plein temps du pack du XV de France, n’ont sûrement pas rêvé devant «ce match qui ne restera pas dans les annales» (toujours Bru). Tout à leur bonheur, les Toulousains s’en moquent. Mais si le rugby français veut continuer à profiter d’un vent porteur, il ne pourra pas se satisfaire longtemps, comme cette année, de finir la saison sur trois matchs (demi-finales et finale) sans essai, ni même coup d’éclat.

AU Stade de France, Nicolas Stival
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr