Mauvais élève: La Fédération de Rugby reçoit un blâme de la part des Six Nations

RUGBY Le blâme est pour le remplacement d'Uini Atonio contre le Pays de Galles...

20 Minutes avec AFP

— 

L'Equipe de France après sa victoire contre le Pays de Galles.

L'Equipe de France après sa victoire contre le Pays de Galles. — Thibault Camus/AP/SIPA

L’instance organisatrice du Tournoi des 6 Nations a envoyé une « lettre officielle de blâme » à la Fédération française de rugby (FFR) pour le remplacement controversé du pilier français Uini Atonio dans les derniers instants de France-Galles, a-t-elle annoncé vendredi.

La commission indépendante d’examen des incidents (UIRG) « a conclu que la FFR n’avait pas pleinement respecté le protocole HIA [protocole commotion, ndlr] et/ou les règles du jeu pertinentes. En ce sens, une lettre officielle de blâme a été envoyée par 6 Nations Rugby », a indiqué cette dernière dans un communiqué.

>> A lire aussi : Le sélectionneur gallois sous-entend que les Bleus ont triché sur la dernière mêlée

Néanmoins, « aucun élément probant n’indique que les manquements de la FFR concernant le non-respect du protocole HIA et/ou des règles du jeu pertinentes visaient à délibérément obtenir un avantage compétitif dans le match », souligne l’organisateur du Tournoi.

La fin de match exceptionnellement longue (20 minutes de temps additionnel) entre la France et le pays de Galles (20-18) a été émaillée par plusieurs incidents, qui ont provoqué la colère du staff du XV du Poireau.

>> A lire aussi : L'incroyable essai français après 20 minutes d'arrêts de jeu

A la 80e minute, alors que les Bleus, menés au score, étaient engagés dans une série de mêlées à cinq mètres de l’en-but adverse, Rabah Slimani était entré au poste de pilier droit à la place d’Atonio, qui l’avait remplacé à la 55e minute. Or, le règlement ne permet à un première ligne d’entrer de nouveau en jeu qu’en cas de blessure ou de protocole commotion d’un autre joueur.

Face à ce fait de jeu, le sélectionneur intérimaire du pays de Galles Rob Howley s’était interrogé sur « l’intégrité » du staff du XV de France, sous-entendant qu’il avait maquillé un protocole commotion pour faire entrer un pilier bien meilleur en mêlée fermée.