Matchs reportés: C'est tellement la pagaille que le Castres Olympique entre aussi dans la bataille

Rugby La LNR a fixé le match Castres-Stade Français au mercredi 19 avril...

20 Minutes avec AFP

— 

Le Castres Olympique (en bleu) contre le Racing, en décembre 2016.

Le Castres Olympique (en bleu) contre le Racing, en décembre 2016. — J.E.E/SIPA

Le président du Castres Olympique Pierre-Yves Revol a reproché mercredi à la Ligue nationale de rugby (LNR) d’avoir « créé de nouvelles contraintes inéquitables » en reportant les matches CO-Stade Français et Montpellier-Racing 92, et dénonce une « équité sportive bafouée » dans le sprint final du Top 14.

>> A lire aussi : Matchs reportés: La Ligue attaque la Fédération en justice, la guéguerre continue

« Nous voilà donc plongés, une nouvelle fois, dans l’incertitude et l’expectative. On joue ou pas ? A quelle date ? », demande Revol, par ailleurs ancien président de la LNR (2008-2012), à son successeur Paul Goze dans une lettre dont le club a publié des extraits sur son site internet.

La LNR a fixé mardi au mercredi 19 avril, sous réserve que la justice administrative lui donne raison, la rencontre entre le club tarnais et le club parisien, dont les joueurs s’étaient mis en grève pour protester contre le projet de fusion avec le Racing 92.

Lavendredi 17 mars, la Ligue avait décidé du report du match prévu le samedi 18, ainsi que celui du Racing à Montpellier. Le dimanche 19, les présidents des deux clubs franciliens abandonnaient, devant l’hostilité générale, le projet de fusion.

L’annulation des reports par la Fédération française de rugby (FFR), engagée dans une série de bras de fer avec la LNR depuis l’élection de Bernard Laporte à sa présidence le 3 décembre, a compliqué la donne. La LNR a engagé lundi un recours auprès de la justice administrative pour faire suspendre cette décision afin que les matches puissent se dérouler.

La qualification du Stade Français pour les demi-finales du Challenge européen, qui oblige à une programmation du match à Castres en semaine, a rendu le calendrier encore plus complexe.

Or, le CO, actuel 5e du classement, doit disputer le samedi 15 avril une autre rencontre décisive à Toulon, un concurrent direct dans la course aux barrages.

« Pensez-vous (…) que nous allons pouvoir défendre nos chances à Toulon comme cela aurait été le cas avec le calendrier initial, alors que nous devons désormais disputer un autre match 4 jours plus tard ? », demande encore Revol à Goze.

« J’ajoute que, compte tenu des procédures engagées, nous ne connaîtrons la décision de jouer le match contre le Stade Français qu’au mieux dans le courant de la semaine prochaine. Comment notre staff prépare le match à Toulon sans savoir avec certitude s’il y a un match à disputer 4 jours plus tard ? », déplore encore le prédécesseur de Goze à la tête de la LNR.