XV de France: Le sélectionneur gallois sous-entend que les Bleus ont triché sur la dernière mêlée

RUGBY Rob Howley soupçonne les Bleus d'avoir simulé un protocole commotion de Uini Atonio pour faire entrer Rabah Slimani en fin de match...

20 Minutes avec AFP

— 

La dernière mêlée entre la France et le pays de Galles

La dernière mêlée entre la France et le pays de Galles — Huw Evans/Shutterstock/SIPA

Le sélectionneur intérimaire du pays de Galles, Rob Howley, s'est interrogé samedi après la défaite face au XV de France (18-20) dans le Tournoi sur «l'intégrité» de l'encadrement des Bleus, soupçonné d'avoir simulé un protocole commotion de Uini Atonio pour faire entrer Rabah Slimani en fin de match.

80e minute. Le XV de France est engagé dans une série de mêlée à cinq mètres de l'en-but gallois quand Slimani entre au poste de pilier droit à la place d'Atonio, qui l'avait remplacé à la 55e minute.

>> A lire aussi : VIDEO. VI Nations: L'incroyable essai français après 20 minutes d'arrêts de jeu

Le règlement ne permet à un première ligne d'entrer de nouveau en jeu qu'en cas de blessure ou de protocole commotion d'un autre joueur et, selon Howley, aucun des deux cas ne s'appliquait à Atonio. Le staff des Bleus aurait donc maquillé un protocole commotion pour faire entrer un pilier bien meilleur en mêlée fermée.

«Slimani s'échauffait déjà avant de rentrer. Puis un de leurs coaches (de la France) est sorti de sa zone technique pour parler avec leur médecin, et une minute plus tard ils changent leur pilier droit» a déclaré Howley lors d'une conférence de presse où les questions des journalistes gallois ont uniquement tourné autour de ce fait de jeu.

«Si vous vous appelez ça de la triche, ça vous regarde»

«Vous pouvez entendre Atonio dire à Wayne Barnes (l'arbitre) "ça va, j'ai juste mal au dos", et dans la foulée il sort» a ajouté Howley, qui s'«interroge sur l'intégrité de l'encadrement français».

A la question de savoir s'il considérait qu'il y avait eu triche, il a répondu: «Non, c'est juste une question d'intégrité. Mais si vous vous appelez ça de la triche, ça vous regarde.»

«Nous adorons notre sport, mais ce qui s'est passé dans les 10 dernières minutes, je n'avais jamais vu ça au niveau international. Cela ne devrait pas arriver sur un terrain lors d'un test match» a poursuivi Howley, indiquant en avoir parlé «aux officiels du (comité des) six nations».

L'entraîneur des avants du XV de France Yannick Bru a lui assuré qu'Atonio avait bien été victime d'une commotion cérébrale: «Je ne veux pas rentrer dans le débat médical, mais le neurologue (médecin chargé de faire passer le protocole commotion, NDLR) du match ne donne pas (à Atonio) l'autorisation de rentrer de nouveau.»