Tournoi des VI Nations: Quelle est la responsabilité de Philippe Saint-André?

7 contributions
Publié le 25 février 2013.

RUGBY – Le XV de France a perdu ses trois premiers matchs dans le Tournoi...

Le débat revient toujours quand une équipe fait face à une série de mauvais résultats. A qui imputer la faute? Aux joueurs, chargés de retranscrire les consignes du staff sur la pelouse? Ou au sélectionneur, chargé de choisir les plus à même de gagner un match? Et avec trois défaites en autant de rencontres dans le Tournoi des VI Nations, le XV de France n’échappe pas à cette polémique. «On aura beau expliquer notre rôle, celui du staff, des joueurs, notre but est de gagner des matchs», soulignait le sélectionneur Philippe Saint-André après le revers contre l’Angleterre. Mais peut-on vraiment reprocher quelque chose à un staff qui doit faire avec le manque criant de relève à certains postes, comme à l’ouverture? «On ne peut pas mettre tous les maux du rugby français sur le dos du sélectionneur, souligne Thomas Castaignède, consultant à Canal+. Il faut les laisser travailler dans la sérénité. Le sélectionneur anglais, Stuart Lancaster, a été protégé et il a des résultats maintenant.»

Faiblesse dans l’animation offensive

En poste depuis un an et demi, le bilan dans le Tournoi de Philippe Saint-André est faible. Seules l’Ecosse et l’Italie sont tombées face aux Bleus dans cette épreuve depuis sa prise de fonctions. Le XV de France version PSA n’arrive que difficilement à inquiéter les défenses des cadors européens que sont le pays de Galles, l’Irlande et l’Angleterre. Le point noir du bilan de Philippe Saint-André est offensif, avec seulement trois essais inscrits depuis le début du Tournoi. «On est sur des lancements de jeu très sophistiqués, on transforme les situations faciles à jouer en situations difficiles, pointe Pierre Villepreux, entraîneur adjoint du XV de France de 1995 à 1999. L’essai de Wesley Fofana contre l’Angleterre se fait par défaut, c’est un exploit individuel. Il n’y a pas de justesse dans le jeu, c’est l’exploit collectif d’un joueur qui se sort tout seul de la merde.» «On a du mal à créer des phases de jeu qui déboussolent l’adversaire», poursuit Castaignède.

Avec comme véritable objectif le Mondial 2015, il paraît prématuré de condamner le sélectionneur des Bleus. PSA a toujours fixé le cap vers cette échéance et ne semble pas se détourner de cette voie. La tournée en Nouvelle-Zélande en juin se fera avec «trente-cinq joueurs dont huit ou dix grands potentiels», a confirmé le sélectionneur lors du débriefing du «Crunch». «C’est quelqu’un d’expérience, il a été capitaine du XV de France, il sait encaisser tout ça, explique Castaignède. C’est un passage difficile mais il va le surmonter.»

Romain Baheux
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr