Laurent Blanc lors de PSG-Chelsea en 8e de finale aller de la Ligue des champions, le 16 février 2016.
Laurent Blanc lors de PSG-Chelsea en 8e de finale aller de la Ligue des champions, le 16 février 2016. - BPI/Shutterstock/SIPA

Et si le PSG perdait tout en dix jours ? On sait déjà depuis la défaite à Lyon dimanche que sans l’ambition de terminer la saison invaincu, les derniers mois de Ligue 1 vont être très longs pour le futur champion de France. Ajoutez-y une défaite en Coupe de France mercredi à Saint-Etienne et surtout une élimination à Chelsea la semaine suivante et la saison du PSG peut être terminée début mars. Dans un océan de déception, qu'une victoire en Coupe de Ligue n’effacerait pas. Bref, la semaine qui vient est de loin la plus importante de la saison pour Laurent Blanc et son équipe. Alors pour aider le coach parisien, on a préparé un préparé un petit planning au jour par jour, histoire d’arriver en pleine confiance mercredi soir à Stamford Bridge.

>> A lire aussi : OL-PSG: Laurent Blanc s'en prend à ses joueurs «trop moyens»

Mercredi 2 > Rebooster le moral de l’équipe

On n’ira pas jusqu’à dire que le PSG est en état de choc après de défaite à Lyon, mais disons que ça doit lui faire un peu drôle de perdre dans le sens où ça ne lui arrive jamais. S’agit donc pour Laurent Blanc de redonner confiance à son équipe lors de la causerie d’avant-match face à Saint-Etienne. Rien de tel pour ça que le fameux discours de la « défaite salvatrice ».

« Les gars, que le match de Lyon nous serve de leçon : quand vous jouez en marchant, vous vous faîtes torcher par Maxwell Cornet. J’imagine même pas ce que ça pourrait donner contre Willian. J’attends donc que vous vous soyez en mode ‘LDC’ contre Sainté : intensité, pressing, envie, combat. Oh Motta ! Je vois pas de Milky-way qui traîne par terre alors arrête de regarder tes pieds, c’est à toi que je cause. »

Laurent Blanc devant son tableau noir en fait blanc
Laurent Blanc devant son tableau noir en fait blanc - modeste capture d'écran

Logiquement, Laurent Blanc met son équipe-type contre les Verts, histoire de permettre aux joueurs de se racheter et d’assurer une facile qualif’ (0-3). Avec quelques choix forts: bye-bye Van der Wiel, Stambouli, et Cavani, trop justes à haut niveau.

Jeudi 3 > Un cierge pour Verratti à Notre-Dame-D’Auteuil

No Verratti, no party. A chaque match de Ligue des champions, le petit italien est de loin le meilleur joueur du PSG. Sauf qu’il est actuellement blessé et que son absence face à Chelsea serait une catastrophe, manquerait plus qu’on s’en remette à Ibrahimovic sur un match important.

>> A lire aussi : PSG: Verratti encore forfait, ça va mieux pour Di Maria

Alors à circonstances exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Profitant du jour de repos laissé aux joueurs, Laurent Blanc va brûler un cierge pour le mollet de Verratti à l’église Notre-Dame-d’Auteuil, à côté du Parc des Princes.

Saint Marco Verratti
Saint Marco Verratti - Grosse qualité de photoshop

Vendredi 4 > Une bonne grosse séance devant le but

Ca suffit les conneries. Déjà à Madrid, le PSG avait trouvé le moyen de ne pas marquer sur ses 236 occasions de but. Ne parlons même pas du match aller contre Chelsea, où Thibaut Courtois a sorti une bonne quinzaine de frappe. Pour éviter d’être l’équipe la moins réaliste d’Europe – et la plus éliminée aussi - on préconise une bonne grosse séance d’entraînement devant le but.

On va voir si ça tire encore à côté après 3 heures de reprises de volées dans la tronche de Nico Douchez.

Samedi 5 > La CFA contre Montpellier

Maintenant que le PSG n’a plus d’invincibilité à conserver en Ligue 1, la réception de Montpellier samedi après-midi n’a aucun intérêt. Pour éviter les blessures et la fatigue, Blanc envoie la CFA. Mais la vraie, avec du Ongenda, du Augustin et du Serge Aurier. Ouais, Serge Aurier.


De toute façon, même avec cette équipe, ça suffit pour gagner 3-0.

Dimanche 6 > Tous autour d’un bon asado

C’est l’heure du team-building. A trois jours du match le plus important de l’année, il est temps de resserrer les liens d’un groupe traumatisé autant par l’affaire Aurier que par le contrôle orienté de Sergi Darder.

Comme lorsque Nico Douchez avait organisé la soirée pizza qui a relancé l’équipe fin 2012, Zoumana Camara se propose pour organiser un barbecue chez lui. Mais Météo-France annonce un sale temps. On se rabat sur le Volver, le resto argentin préféré de Pastore et Di Maria. Un bon asado n’a jamais fait de mal à personne.

Almuerzo de equipo! Déjeuner avec l'équipe! Pranzo con la squadra #Paris

A photo posted by Ezequiel Lavezzi (@pocho22lavezzi) on

Lundi 7 > Séance video de motivation

Le dernier jour avant de partir vers Londres. C’est l’heure de la fameuse séance vidéo. Mais cette fois-ci, pas d’analyse des déplacements triangulaires de Fagrebas-Matic ou du pressing en losange inversé d’Eden Hazard.

Non, plutôt, Laurent Blanc prépare un montage des plus belles saloperies de Diego Costa face au PSG l’an dernier, Qu’il passe 100 fois de suite sans la moindre pause, façon « Epic Sax Guy 10 hours ».

Pas de pause clope, Lolo enchaîne par deux heures de ça

Ses hommes ressortent de la salle épuisés, mais la bave aux lèvres.

Mardi 8 > Une conf’ à la Mourinho

On apprend des meilleurs. Après deux confrontations face à José Mourinho, « Lolo White » a décidé de faire parler de lui en conférence de presse de veille de match histoire d’ « enlever la pression à ses joueurs », confiera l’un de ses proches à RMC. Voici quelques extraits :

« - Je ne dis pas qu’on va planter le bus dans notre surface. Je dis juste qu’il n’est pas impossible que David Luiz soit notre élément le plus offensif. »

« - Les discussions pour faire venir Eden Hazard l’été prochain au PSG sont en très bonne voie. »

« - Je connais la réputation de Guus Hiddink et je m’attends à voir les joueurs de Chelsea courir vite, très vite, voire trop vite même (clin d’œil). »

« -  Je ne dis pas que Thibaut Courtois est un mauvais gardien, je dis juste que Petr Cech avait un meilleur jeu au pied. »

« - Par rapport à l’expérience en Coupe d’Europe de Chelsea, le PSG est le Petit Poucet dans cette confrontation. J’espère juste qu’on ne sera pas ridicules. J’ai dit à mes joueurs de prendre exemple sur Granville, héroïque tombeur de l’OM en Coupe de France. »  

Mercredi 9 > La causerie de sa vie

Il est 20h30 à Paris, 19h30 à Londres et les Parisiens rentrent juste de l’échauffement. Dans le vestiaire extérieur de Stamford Bridge, l’émotion transpire à grosse goutes. Laurent Blanc y rugit la plus puissante causerie de sa carrière face à des joueurs transcendés.

« Faites-le pour Serge. Faites-le pour moi. Faites-le pour les supporters. Faites-le pour Zlatan. Mais faites-le surtout pour vous. Ne laissez pas l’inexpugnable arrogance de John Terry vous asperger. Dans ce même stade, l’an dernier, vous avez gagné leur respect. Alors regardez-les droit dans les yeux. Regardez-les trembler, s’affoler, flancher quand Marco a le ballon. Regardez les pleurer quand Zlatan en trombonne un. Regardez les tirer la langue derrière Lucas. Ce match ne dépend que de vous: si vous avez décidé de le gagner, personne ne pourra pas vous en empêcher. Ni Courtois, ni Hazard, ni Costa. Mais attention, ils ne vous donneront rien. Pour chaque ballon, pour chaque centimètre de terrain, il faudra se battre. Comme vous ne vous êtes jamais battus. Comme vous ne vous battrez peut-être plus jamais. Il y aura du sang, des larmes et un éliminé. Ne le laissez pas vous voler votre rêve ! Ne les laissez pas y croire plus que vous ! Soyez prêts au combat de votre vie ! »

Il est 19h39 à Londres et Zlatan Ibrahimovic sort du vestiaire les larmes aux yeux.

Mots-clés :