Défense de chiens galeux, niveau 5.
Défense de chiens galeux, niveau 5. - ikImages/Shutterstock/SIPA

C’est peut-être une première indication que l’affaire est mal embarquée pour Chelsea. Lundi après-midi, le bus du club qui devait emmener les joueurs s’entraîner au Parc des Princes est arrivé avec une bonne demi-heure de retard. Il faudra pourtant qu’il soit garé à l’heure dans la surface anglaise mardi soir si les Blues veulent éviter le drame. La blague n’a pas fait rire Guus Hiddink. Chelsea va-t-il « garer le bus » devant sa cage au Parc ? Jamais de la vie ! « Mon équipe peut jouer des deux façons, avoir le ballon ou jouer en contre. Si on est forcés de reculer, on reculera, mais si on prend jamais l’initiative, il n’y a plus qu’à attendre la catastrophe. Il faudra qu’on trouve la réponse ». Rassurez-vous, elle est toute trouvée : à dix derrière, une prière à la Vierge Marie, et zou, comme l’an passé.

A Mourinho la gloire, c’est lui qui a popularisé l’expression outre-manche en 2004. « Parfois, quand vous êtes un grand club, de toutes petites équipes viennent jouer chez vous. Tottenham aurait pu aussi bien garer son bus devant les buts ». Tout le génie du Portugais en une punchline : accuser les autres de faire la même chose que lui, en moins bien. Avant d’être (re) viré, « The Special One » eu le temps d’en faire une marque de fabrique. « J’ai beaucoup de respect pour les chauffeurs de bus. Il faut beaucoup de talent pour garer un bus. Alors un peu de respect pour les chauffeurs ou les entraîneurs qui savent garer un bus ».

Ne pas croire néanmoins que la chose est consubstantielle à Mourinho. Le concept du « Park the bus » a largement survécu à son premier passage. Hiddink, déjà appelé pour le remplacer au pied levé, avait offert l’une des plus belles démonstrations de science tactique défensive au Nou Camp, contre le Barça de Guardiola en 2009. C’était avant le chef-d’œuvre Di Matteo trois ans plus tard. Une équipe abominable, une attaque inexistante, aucune ambition avec le ballon… et une victoire finale en ligue des champions à Munich, face au Bayern. La consécration.

C’est peut-être ce jour-là que l’idée a germé dans l’esprit des créateurs de Fifa. Et si on appelait directement un mode de jeu « Park the Bus » ? Depuis l’édition 2015, c’est le nom donné à l’équivalent de l’option « défense de folie » dans la version anglaise du jeu. Des petits rigolos ont évidemment tenté un Chelsea-Paris en suivant la tactique préférée de l’équipe anglaise. Le résultat ? 1-0 pour les Blues à la 90e minute.

C’est un exemple parmi d’autres, hein. Il y a aussi la chanson « Park the bus », les montages twitter « Park the bus », le tee shirt « Park the bus » et même une private joke officielle de Will Ferrel sur le sujet, lors des derniers awards décernés par le magasine GQ. « Continuer à défendre à sept dans la surface les mecs, j’adore ça ». On conseille au comique américain de bien allumer sa télé mardi, il ne devrait pas être déçu.

 

 

 

Mots-clés :