Equipe de France: Comment battre les Experts?

2 contributions
Publié le 16 janvier 2012.

HANDBALL – Il n'y a pas de solution miracle pour venir à bout de l'équipe de France, alors 20minutes.fr a demandé à plusieurs entraîneurs ce qu'ils feraient pour tenter de les battre...

De notre envoyé spécial à Novi Sad

Cela fait quelques années qu’ils cherchent, et ils pourraient bien continuer encore longtemps. Depuis 2008 et le début du règne des Experts, les adversaires de l’équipe de France n’ont toujours pas trouvé la moindre solution pour contrer cette équipe. Trois entraîneurs de LNH, Philippe Gardent (Chambéry), Stéphane Imbratta (Tremblay-en-France) et Christian Gaudin (Saint-Raphaël), en donnent quelques-unes à 20 Minutes avant le premier match des Bleus face à l’Espagne (lundi 18h15). Sans aucune garantie de résultat.

Solution n°1: Se convaincre que l’exploit est possible

«Dans le vestiaire, j'essaye de convaincre mes joueurs que quand une équipe ne fait que tout gagner depuis quatre ans, à un moment elle finit par perdre, et que c'est aujourd'hui.» Pour Philippe Gardent, battre l’équipe de France implique une préparation mentale particulière à l’événement, à conditionner ses joueurs à réaliser l’exploit. Imbratta enchaîne: «Il est essentiel que les adversaires des Bleus jouent libérés, sans pression. Il n’y a rien à perdre face à la plus grande et plus belle équipe du monde.» Sauf peut-être pour le Danemark et l’Espagne, qui ne sont pas si loin des Bleus. Christian Gaudin: «Si j’entraîne une des ceux deux équipes-là, je leur dit  qu’ils ne sont pas bien loin de la vérité. Il y a plus d’expérience côté français mais le match va se jouer à pas grand-chose, à des détails.»

Solution n°2: Faire des paris tactiques

Face à une équipe qui n’a pas vraiment de point faible, «il faut essayer de produire un jeu déstabilisant car à la régulière ça va être dur», estime Gardent. «En gros, prendre des risques, tenter des coups». Lui préconise, «par exemple, une prise en strict sur un joueur, de varier les phases défensives ou d’isoler Nikola Karabatic pour obliger d’autres joueurs moins habitués à prendre des responsabilités.» Christian Gaudin prendrait lui exemple sur le jeu rapide des Norvégiens aperçu en match de préparation: «J’essaierai de marquer très vite sur la possession, de profiter du jeu de transition pour ne pas laisser la France s’installer en défense.» «Prendre des risques, c’est le seul moyen de les faire douter», conclut Imbratta.

Solution n°3: Eviter (à tout prix) l’affrontement physique

Ne cherchez pas l’équipe de France, vous allez la trouver. C’est en substance le message de nos trois entraîneurs. «Ca ne sert à rien de la provoquer, de jouer dur, soutient Imbratta. Elle a tellement d’expérience, elle a gagné dans tellement de conditions, qu’elle fait toujours preuve d’une grande sérénité.» «Au contraire même, il ne faut surtout pas les énerver si vous résistez, car physiquement il y a du répondant et quand ils s’énervent…». Christian Gaudin de résumer: «Si vous allez au duel avec les Français, vous êtes morts». Voilà qui a le mérite d’être clair.

A Novi Sad, Bertrand Volpihac
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr