VIDEO. Mondial de handball: Ça vous intéresse pas? C'est con, parce que ça va être chanmé (et on vous dit pourquoi)

HANDBALL Après ça, vous n'aurez plus aucune excuse pour snober ce Mondial...

Nicolas Camus

— 

Nikola Karabatic lors du match France-Slovénie, en préparation au Mondial en France, le 8 janvier 2017.

Nikola Karabatic lors du match France-Slovénie, en préparation au Mondial en France, le 8 janvier 2017. — PASCAL GUYOT / AFP

Cette fois, pas d’excuse. Ça fait 16 ans (16 ans !) que l’équipe de France de hand écrabouille tout le monde - paraît qu’ils perdent, des fois, mais on ne s’en souvient plus très bien - et que ça se passe dans des pays beaucoup trop lointains (Chine, Croatie, Autriche, Suède, Qatar…) pour qu’on y accorde toute l’attention que ça mérite. Alors ce championnat du monde en France, qui débute mercredi à Paris, on va en profiter. Et on vous conseille de faire de même. Voici 10 bonnes raisons de passer son mois de janvier à mater du hand, au cas où il faudrait encore vous motiver.

Parce qu’on va gagner…

Beh oui, c’est évident. On n’imagine pas une seconde les Experts, capables de remporter deux fois les JO, trois fois les Mondiaux et trois fois l’Euro depuis 2006 dans des conditions parfois flippantes (ah, cette finale contre la Croatie en 2009…), ne pas être sacrés chez eux. Les dieux du hand ne peuvent pas faire une chose pareille, et puis de toute façon les Français n’ont pas besoin d’eux. Karabatic est là, Omeyer fait toujours aussi peur à tout le monde, Accambray a retrouvé son bras et les jeunes sont à point. Venez les chercher.

… mais qu’il y aura de la concurrence

Attention, ce n’est pas parce que les Bleus sont à la maison qu’il va falloir jouer en pantoufles. Ça n’aurait pas été drôle de toute façon. On a dénombré quatre équipes qui représentent une forte menace. Le Danemark en est, évidement. Après avoir battu la France en finale des derniers Jeux, Mikkel Hansen et ses potes se verraient bien affirmer leur position de nouvelle meilleure nation du monde. Et quoi de mieux que le faire ici ? Ensuite l’Allemagne. Championne d’Europe en titre, 3e des JO, elle tient à nouveau son rang après un léger passage à vide grâce à un savant amalgame des générations. On citera enfin deux nations qui peuvent être portées par deux joueurs hors-norme. Si l’Espagnol Alex Dujshebaev (oui, le fils de) et le Croate Domagoj Duvnjak (le nouveau Balic) sont au top, ça pourrait faire mal.

Parce qu’on a des champions à fêter

Ce sont les deux seuls à avoir vécu le sacre du Mondial 2001, lors de la dernière compétition organisée en France. Thierry Omeyer, 40 ans, et Daniel Narcisse, 38 ans, sont des monuments. Ils ont tout gagné en Bleu, conservant un niveau exceptionnel avec les années. S’ils ne l’ont pas annoncé clairement, cette compétition sera très probablement leur dernière avec l’équipe de France. Alors on ne lésine pas sur les moyens pour leur offrir la sortie qu’ils méritent, hein. Et puis il serait temps, aussi, que le meilleur joueur qu’on ait connu en France gagne chez lui (c’est Nikola Karabatic, au fait).

Parce qu’on va découvrir l’usage de la vidéo

Enfin, dans une grande compétition masculine tout du moins. Testé lors de l’Euro féminin en Suède, l’arbitrage vidéo est officiellement institutionnalisé sur ce Mondial. Son utilisation est permise dans des cas de figure très précis :

  • Pour vérifier la validité d’un but. Deux situations, et uniquement ces deux-là, se prêtent au recours à la vidéo. Savoir si le ballon a franchi la ligne et vérifier s’il est entré avant la fin du chronomètre.
  • Pour revoir une action si une faute grave a été commise hors du champ de vision des arbitres et sans ballon.
  • Pour vérifier qu’un carton rouge a été adressé au bon joueur.
  • Lorsqu’un changement de joueurs n’a pas été identifié clairement par les officiels sur le bord du terrain.
  • Pour aider les arbitres à prendre leur décision en cas d’altercation, pour savoir si une faute mérite plutôt un carton rouge (disqualification) ou un carton bleu (disqualification + procédure disciplinaire).

Parce que des femmes vont (enfin) arbitrer des hommes

Modernisation de l’arbitrage, chapitre 2. Pour la première fois dans une compétition internationale masculine, une paire d’arbitres sera féminine. Les Françaises Charlotte et Julie Bonaventura font en effet partie des 32 duos qui vont officier. « L’IHF est assez frileuse. Cela évolue mais ce n’est pas assez rapide à notre goût », disaient-elles à Rio. La porte est désormais ouverte.

Parce qu'un record va tomber à Lille

Cocorico ! A priori, la France va battre un record pendant ce Mondial : celui du plus grand nombre de spectateurs pour un match de hand. Il appartient depuis 1999 à l’Egypte, avec 25.000 personnes présentes pour la finale du Mondial entre la Suède et la Russie. Avec sa jauge de 28.010 places (très exactement), le Stade Pierre-Mauroy de Lille, dans sa configuration salle, devrait permettre de faire mieux. Record attendu lors du 8e ou du quart de finale des Bleus, qui y joueront s’ils terminent dans les quatre premiers de leur poule - on peut y croire.

>> A lire aussi: Et si la France était (enfin) en train de devenir un pays de hand?

Parce que les Allemands et les Norvégiens sont au taquet

En parlant de spectateurs, l’ambiance s’annonce brûlante sur certains matchs. Les Allemands, qui vouent un culte à leurs joueurs et à ce sport en général, vont profiter d’être à côté pour passer faire un petit coucou. Ils sont 6.000, déjà, à avoir pris leur billet rien que pour le premier tour. Les Norvégiens ne sont pas mal non plus. Il paraît qu’ils seront un bon demi-millier à chaque match de leur équipe (ce qui n’est pas mal du tout pour des salles de 10.000 places). On verra à quel point ils ambiancent tout ça quand les Bleus joueront contre eux à Nantes, le 15 janvier.

Parce que les horaires sont plutôt accommodants

Pas évident d’organiser 84 matchs en à peine trois semaines à des horaires qui arrangent tout le monde. Alors oui, il y aura des matchs à 14h et 14h45, quand vous serez en plein boulot (ou en pleine sieste pour les plus chanceux). Mais pas besoin de saturer le wifi de la boîte, la majorité des rencontres a lieu à 17h45 et en soirée. Et quand ça comptera vraiment, aucun souci. Les 8e de finale sont regroupés sur un week-end, les quarts et demies ont lieu en soirée et la grande finale un dimanche. A 17h30, pour avoir le temps de faire la fête sans être trop dans le coltard lundi matin.

Parce que fini David Guetta

On n’a entendu que lui (et Gala) tout l’été, avec l’Euro de foot. Vous pouvez oublier David Guetta, la relève est là avec Feder, le DJ niçois qui a composé l’hymne de ce Mondial à partir de son tube « Lordly ». Si vous ne l’avez pas encore entendu, ça ressemble à ça.

Evidemment, il y a la choré officielle qui va avec. Elle a même un petit nom, la « Danse Phénoménale », qui reprend le slogan de la compétition. Entraînez-vous, il paraît que ceux qui se débrouilleront particulièrement bien à la mi-temps des matchs pourront gagner des cadeaux.

Parce qu'on a des mascottes marrantes

Rok et Koolette, un swag naturel.
Rok et Koolette, un swag naturel. - PASCAL GUYOT / AFP

Elles s’appellent Rok et Koolette, elles forment un sacré jeu de mots que ne reniera pas Luc Abalo et pour les avoir un peu vues à l’œuvre, elles vont bien nous faire marrer pendant trois semaines. Cet ours et cette fouine constituent le duo de mascottes du Mondial. Amatrices de checks et de pas de danse un peu bizarres, elles sont toutefois un peu comme nous: elles sont énervées quand elles ratent leur métro.