Roland-Garros 2013: Simon-Federer (1-6, 6-4, 6-2, 2-6, 3-6) à revivre en live comme-à-la-maison

7 contributions
Publié le 25 juin 2012.

INTERVIEW - Economiste du sport, se penche sur les contrats des partenaires qui paient cher leur association avec une équipe de France à l'image écornée...

Cent millions d’euros, soit la moitié du budget de la FFF. C’est peu dire que les rentrées financières venues du sponsoring sont importantes pour le football français. Deux ans après le cataclysme de Knysna, l’image peu reluisante laissée en Ukraine a de quoi inquiéter les contributeurs. Pas forcément, selon Vincent Chaudel, économiste du sport chez Kurt-Salmon.

Est-ce que le comportement des Bleus à l’Euro aura un impact sur les rentrées sponsorings?

Je ne pense pas, parce que les contrats ont été renégociés avant l’Euro. C’est une excellente idée, parce qu’avant la compétition, on sait la valeur théorique, et après on sait la valeur réelle. Quand on est un acteur majeur ou supposé majeur, on a plutôt intérêt à négocier avant, parce qu’on est beaucoup moins sensible à l’aléa sportif. Après 2010, la FFF avait intégré un indicateur sur la popularité de l’équipe de France. Mais je ne crois pas que 2012 remette en cause les contrats.  

Si on vous suit, pour avoir une vraie baisse des contrats sponsorings, il faudrait un Knysna puissance 10?

Au niveau de la FFF,  il y a plusieurs enjeux. Il y a ceux des contrats de sponsoring, mais finalement la France est un pays supposé être qualifié régulièrement, avec un marché intéressant de 65 millions de consommateurs, dans un pays du G8, qui n’est pas supposé s’effondrer du jour au lendemain. En revanche, il y a une dynamique licenciés qui pâtit de ces performances et un problème d’image qu’il faut surveiller d’assez près. Et on voit bien toute l’importance que le marketing a pris après 2010. Un bout de chemin avait été fait, malheureusement les attitudes que l’on connait ont un peu cassé le travail. 

Si ce déficit d’image perdure, y-a-t-il encore un intérêt pour des sociétés comme GDF ou  le Crédit Agricole d’être sponsor?

C’est tout le danger. Je pense que le plus probable c’est qu’on instaure une charte comportementale des joueurs, et peut être sanctionner ou oublier de sélectionner certains joueurs qui ne sont pas conformes à ça. Au-delà du sponsor, c’est rassurer l’opinion publique. Quand on entend les commentaires de supporters, c’est quand même inquiétant. On est unes des rares nations de l’Euro à avoir envoyé si peu de fans sur place. C’est déjà un indicateur. Quand on regarde le nombre de Grecs, de Portugais, d’Espagnols, malgré les difficultés économiques de ces pays… Ils ont fait ce sacrifice. 

Donc où est l’intérêt des sponsors?

Le football reste le sport roi et populaire. Il faut garder à l’esprit qu’il y a un potentiel énorme. 2010 a été perçu comme une tâche sur le drapeau, mais si l’équipe redevient performante, les gens sont prêts à s’enflammer de nouveau. Dans six mois, un an, si l’équipe change de comportement, ça reviendra. Une des spécificités du sport, c’est  qu’une échéance en chasse une autre. La prochaine, c’est la qualification pour la Coupe du monde 2014. La conversation qu’il va y avoir, entre les sponsors et la fédération, c’est de dire ’’on savait que ça ne serait pas simple, ç a failli être simple, merci de nous aider à ce que ça soit très bien’’. C’est pour ça que je crois en une charte comportementale, pas pour les contrats, ils sont déjà signés. Mais pour rassurer les sponsors sur le long terme. Parce qu’au-delà de ce contrat là, il y aura les contrats suivants.

Propos recueillis par Antoine Maes
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 PSG 82 34m +56
2 Monaco 72 34m +28
3 Lille 64 34m +18
4 Saint-Etienne 57 34m +15
5 Lyon 55 34m +11

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr