Euro 2012: L'avenir des Bleus, c’est eux

18 contributions
Publié le 24 juin 2012.

FOOTBALL - Parce que tout n'est pas négatif dans l’Euro de l’équipe de France...

De notre envoyé spécial à Donetsk, Ukraine

Comme d’habitude, l’équipe de France s’est réservée au beau milieu du mois d’août un match amical dont les enseignements sont souvent maigres. Sauf que le 7 septembre prochain, il faudra avoir digéré cet Euro pour ne pas se louper en Finlande dans le cadre des éliminatoires et se qualifier à la Coupe du monde 2014, au Brésil. Avec quels joueurs? Rio 2014 passera par eux.

Il est devenu le patron

Il est la révélation de cette Euro côté français. Bon défenseur, excellent relayeur, succulent passeur, Yohan Cabaye est le cœur de l’équipe de France. Son seul mauvais match, il l’a fait contre la Suède, sur le banc. «Il a une aisance et une sécurité balle aux pieds qui nous font du bien. Depuis un certain temps, il a pris une dimension supplémentaire, que ce soit en club ou en équipe de France, et c’est quand il n’est pas là qu’on comprend toute son importance», estime même Laurent Blanc, qui n’hésitait pas à le qualifier d’«indispensable». Là où Nasri a failli, Cabaye a réussi. Il est devenu le patron du milieu de terrain des Bleus. Désormais, il faut lui donner les clés du camion, il les mérite. 

Ils ont confirmé

Il y a quelque chose qui ne changera jamais dans le football français. Même quand tout va mal, la France possède de grands gardiens. Hugo Lloris en fait partie. Encore parfait sur cet Euro, il devrait protéger la ligne française encore un bon paquet de temps. Peut-être aura-t-il moins de boulot à l’avenir, Laurent Koscienly ayant réalisé face à l’Espagne une partie très propre en défense centrale pouvant désormais lui permettre légitimement réclamer une place de titulaire. Tout comme Mathieu Debuchy, qui sera soumis à la concurrence du retour de Bacary Sagna, mais dont l’apport offensif côté droit a plu. Pas toujours génial, Yann M’Vila devrait définitivement prendre la place d’Alou Diarra – excellent en Ukraine mais plutôt sur la fin de sa carrière internationale - en tant que sentinelle juste devant la défense.

Ils auront leur mot à dire

Se mélangent ici ceux qui n’ont pas vraiment raté leur euro et ceux qui l’ont réussi en n’y étant pas. Jérémy Menez, par exemple, a apporté de la percussion quand il est entré, sans vraiment convaincre. Hatem Ben Arfa doit être revu dans d’autres conditions. Gaël Clichy a montré certaines qualités offensivement, même si ses largesses défensives ont de quoi exaspérer par moment. Olivier Giroud mérite plus de temps de jeu, tout comme Marvin Martin. Quant à Loïc Rémy, Abou Diaby, Bacary Sagna, ils reviendront si la santé le leur permet. N’oublions pas non plus Yoann Gourcuff et les quelques (rares) grands espoirs du foot français: Etienne Capoue et Raphaël Varane.

Ils sont inclassables

Dans les grandes largeurs, Franck Ribéry, Karim Benzema et Samir Nasri ont raté leur Euro. Et pourtant, il semble difficile d’imaginer le futur de l’équipe de France sans eux. Le premier a semblé en grande forme sur les deux premiers matchs, mais il n’a jamais fait de différence et s’est éteint ensuite. Benzema, lui, malgré deux passes décisives face à l’Ukraine, tire de cet Euro un bilan trop maigre. Quant à Nasri, son but face à l’Angleterre était un mirage, il n’apporte pas grand-chose à part des polémiques. Mais ils sont les trois stars de cette équipe, les trois noms, les trois plus talentueux. Et on ne voit pas comment Blanc – ou un autre – pourrait s’en passer.

Bertrand Volpilhac, à Donetsk
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 PSG 79 33m +55
2 Monaco 69 33m +27
3 Lille 63 33m +18
4 Saint-Etienne 57 34m +15
5 Lyon 54 33m +11

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr