Euro 2012: De l'électricité dans l'air chez les Bleus

41 contributions
Publié le 20 juin 2012.

FOOTBALL - Après la défaite contre la Suède, le vestiaire s'est embrasé, témoignant de certaines tensions dans le groupe bleu...

De notre envoyé spécial à Donetsk (Ukraine),

On avait bien quelques indices qui laissaient à penser que tout n’était pas parfait dans le «groupe qui vit bien». Les propos d’Olivier Giroud, évoquant une «grosse colère» dans le vestiaire après le match par exemple, ou encore les regards qui se baissent quand on a demandé à Karim Benzema ou Mathieu Debuchy ce qui s’y était passé après le désastre de Kiev, mardi soir. Mais c’est bien Florent Malouda, venu mercredi au point presse, qui l’a confirmé: «Ce que j’ai vu a quelque part réveillé en moi quelques démons.»

Vieux routier et habile communicant, le Guyanais n’invoquerait pas l’esprit de Knysna avec trivialité. Il y a de l’électricité entre les Bleus, et même si on ne connaîtra probablement pas les détails de cette chaude soirée ukrainienne, on sait déjà qu’elle a pu déstabiliser le groupe. «Il s’est dit des choses, ça s’est dit, ça restera dans le groupe. Mais il y avait des choses à dire», bredouille Laurent Koscielny. Florent Malouda, lui, va un peu plus loin, estimant que les joueurs se sont envoyé quelques «missiles sous le coup de l’énervement.»

Entraînement arrêté et départ à Punta Cana

Il est inévitable qu’il existe quelques inimitiés dans un groupe vivant en vase clos pendant un mois. Ont-elles profité d’un soir de défaite pour se réveiller? C’est possible. Mais l’origine des tensions de mardi soir est à chercher la veille, lors du dernier entraînement des Bleus, où Laurent Blanc a senti «un léger relâchement». Malouda raconte: «Il a arrêté l’entraînement, il a abordé le fait qu’il y avait de la nonchalance, qu’on ne préparait pas le match pour le gagner, qu’on était en ville et qu’on nous a proposé de faire un match et qu’on a fait un match…»

Ça n’a rien changé. Toujours aussi suffisants, les Bleus ont explosé contre la Suède, provoquant l’ire de plusieurs joueurs, estimant que «tout le monde n’avait pas tout donné», dixit Blanc. Malouda, décidément très en verve, balance: «On est là pour faire un résultat, on n’est pas en balade, pour partir à Punta Cana en claquettes (en République dominicaine, NDLR). On ne peut pas aller en dessous d’un certain niveau. On a redonné de l’espoir aux gens avec notre façon de jouer. Si on retombe dans nos travers, on repart en arrière et il faut tout recommencer.»

C’est ici que se trouve le challenge. Ou les Bleus se disent les choses en bonne intelligence, «en essayant de ménager les sensibilités» comme le préconise Malouda, ou bien ils vont exploser face à l’Espagne. «Les problèmes, on les résout collectivement, pas en voulant être le héros. L’équipe est très fragile, un comportement individualiste pourrait être contagieux et faire dérailler la machine.» Convaincu depuis le début de la préparation qu’il y aurait des «tensions légitimes» dans son équipe, Laurent Blanc, lui, tempère: «Ça fait partie de la vie d’un vestiaire. Dans la victoire, on accepte un peu plus les choses, on est plus joyeux. Dans la défaite, on a un peu plus le sang chaud. On a pris une bonne douche, on s’est refroidis.» Jusqu’à quand?

Bertrand Volpilhac, à Donetsk

 

Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 PSG 79 33m +55
2 Monaco 69 33m +27
3 Lille 63 33m +18
4 Saint-Etienne 56 33m +15
5 Lyon 54 33m +11

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr