Equipe de France: Les Bleus qualifiés mais inqualifiables

56 contributions
Publié le 19 juin 2012.

FOOTBALL - Battus par la Suède 0-2, les Français retrouveront l'Espagne en quart de finale...

De notre envoyé spécial à Kiev (Ukraine),

Il fallait bien que ça arrive un jour, et finalement, c’est sans doute hier que c’était le moins grave. Battue par une équipe Suède (0-2) déjà éliminée mais courageuse, l’équipe de France a mis fin à sa série de 23 matchs sans défaite. Ce qui ne l’empêchera pas d’affronter malgré tout l’Espagne samedi à Donetsk en quart de finale, la victoire de l’Angleterre sur l’Ukraine (1-0) lui assurant sa qualification. Sans fanfaronner, loin de là.

Pour revivre le match en live, cliquez ici...

Car à force de (se) répéter que la qualification n’était pas acquise avant d’affronter les Scandinaves, les Bleus ont sans doute réussi à se convaincre du contraire. Lénifiants au possible, probablement inquiets de prendre un coup ou un carton qui les priverait des quarts de finale, ils ont complètement raté leur première mi-temps. Incapable de mettre du rythme et de se créer la moindre occasion, l’équipe de France aurait même pu écrire les premières lignes d’un scenario catastrophe si Toivonen avait convenablement profité d’une belle bourde de Philippe Mexès (10e), totalement dépassé hier soir.

Des Bleus sans réaction

Au fond, quand Zlatan Ibrahimovic a ouvert le score d’une reprise d’une magnifique volée (55e), personne n’a été surpris. Sûrement pas les Bleus, qui se sont contentés de gérer un score qui les qualifiait, de multiplier les petites passes inutiles et les courses dans le vide, jusqu’au deuxième but de Larsson (90e). Peut-être savaient-ils que dans l’autre rencontre du groupe, l’ouverture du score de l’Angleterre face à l’Ukraine les mettait à l’abri d’un désastre. On peut se permettre d’en douter, tant les hommes de Blanc se sont montrés incapables de bouger cette équipe suédoise autrement que par des frappes lointaines.

La voilà donc qualifiée, de la plus moche des manières certes, mais qualifiée quand même. Mais dans son sac du retour vers Donetsk, avec son ticket pour les quarts, elle embarque aussi trois jours de doute et d’inquiétudes. Car cette équipe de France-là, sans inspiration et sans Cabaye, son véritable moteur, n’a aucune chance face aux champions du monde et d’Europe. Avec un peu de chance, sa cuisse ne sera plus un problème samedi.

Bertrand Volpilhac à Kiev (Ukraine)
publicité
publicité
1 Nantes 0 0m
2 Saint-Etienne 0 0m
3 Montpellier 0 0m
4 Caen 0 0m
5 PSG 0 0m

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr