Euro 2012/Equipe de France: Calculer, un bon calcul?

3 contributions
Publié le 17 juin 2012.

FOOTBALL - Le quart de finale presque en poche, la France pourrait avoir envie de faire tourner son effectif face à la Suède. Même si elle ne veut pas en entendre parler...

>> De notre envoyé spécial à Donetsk, Ukraine

Peut-on gagner l’Euro en jouant six matchs en 20 jours avec la même base de joueurs? C’est la question qui doit actuellement agiter les méninges de Laurent Blanc. Avec une qualification presque acquise* pour les quarts de finale, le sélectionneur peut avoir envie de reposer certains de ses cadres face à la Suède mardi, et notamment ceux qui ont déjà reçu un carton jaune (Mexès, Debuchy, Menez) afin d’éviter une suspension. Sauf qu’avant de penser à arriver frais en quart de finale, il faut déjà s’y qualifier.

>> France-Suède est à suivre en live comme-à-la-maison mardi dès 20h30

«Ne perdons pas l’objectif qui est le notre, répond Blanc. On va préparer ce match avec le plus de sérieux possible, pour le gagner, en alignant la meilleure équipe possible pour contrer les Suédois.» A quelques exceptions près, les Ribéry, Nasri, Benzema voire Diarra, pourtant peu habitué à enchaîner les matchs, devraient être là. Mais pas forcément toute la rencontre. «En fonction de ce qui se passe sur le terrain e de ce qui se passe ailleurs, on pourrait éventuellement gérer, concède Blanc. Mais je n’aime pas trop ce mot. Il faut penser à tout, mais surtout à se qualifier avant de gérer quoi que ce soit.» 

Eviter l’Espagne ou rester à Donetsk?

Ou comme le dit si bien Yann M’Vila, «ne pas faire de calculs». Que ce soit sur les temps de jeu ou sur le résultat. Car si elle gagne, la France a de grandes chances d’éviter en quart de finale l’épouvantail espagnol. Si elle fait match nul, en revanche… «L’Espagne est une équipe redoutable, explique le latéral Gaël Clichy. Mais sans être trop prétentieux ou arrogant, on a des qualités, qu’on a démontrées sur les 23 derniers matchs. Après, si on peut éviter l’Espagne, on essaiera… Mais on parle quand même de la Croatie et de l’Italie, ce ne sont pas des petites nations.»

Surtout qu’en terminant deuxième de poule, les Bleus resteraient à Donetsk pour le quart et la demi, s’évitant ainsi des (possibles) déplacements à Kiev puis Varsovie. Pas négligeable, mais pas assez convaincant pour prendre le risque d’affronter la dream-team de Del Bosque et de risquer un accident. «Sortons déjà de ce groupe, conclut Samir Nasri, soudainement pris de sagesse. De toute façon, il faudra bien affronter l'Espagne à un moment ou à un autre si on entend aller loin.» C’est vrai, mais le plus tard possible…

B.V, à Donetsk
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 PSG 79 33m +55
2 Monaco 69 33m +27
3 Lille 63 33m +18
4 Saint-Etienne 57 34m +15
5 Lyon 54 33m +11

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr