Gaël Clichy: «Je me sens plus fort»

1 contribution
Publié le 16 juin 2012.

FOOTBALL - Titulaire vendredi face à l'Ukraine, Gaël Clichy a été l'un des choix payants de Laurent Blanc...

De notre envoyé spécial à Donetsk,

Laurent Blanc lui a donné sa chance, il a su la saisir. Titularisé à la dernière minute face à l’Ukraine, le défenseur de Manchester City Gaël Clichy a été très solide sur son flanc gauche. Au point que la hiérarchie en bleu pourrait être définitivement scellée. Et pas à l’avantage de Patrice Evra.

Vous avez-été surpris d’être titulaire?
Ca a été surprenant car je ne  l’ai su que cinq minutes avant de prendre le bus pour aller au stade. Je vais quand même dire à Bogho (ndr: Alain Boghossian, l’un des adjoints de Laurent Blanc) que c’est mieux qu’il nous le dise la veille comme ça on peut se préparer (rires). C’est beau de voir son nom au tableau.

Est-ce que votre bonne prestation d’hier soir a permis de clarifier les choses au poste de latéral gauche?
Non. C’est vraiment une bonne chose pour une équipe d’avoir deux joueurs à ce poste. Etre titulaire indiscutable d’une équipe comme la France c’est toujours gratifiant, maintenant si vous me dites qu’on fait chacun deux matchs chacun et qu’on va au bout de l’Euro, tout le monde est d’accord avec cette philosophie.

Aviez vous une consigne particulière face à l’Ukraine?
J’avais une totale liberté. Dans le vestiaire, Laurent Blanc m’a dit qu’il avait entendu dire que le latéral droit de l’Ukraine avait des jambes et qu’il voulait voir si j’en avais plus que lui. C’était assez marrant. C’est son choix et au final je suis content car je pense qu’ils n’ont pas trop attaqué côté droit.

Qu’est-ce qui a fait que vous êtes devenu un postulant à une place de titulaire en équipe de France?
Cette année je suis un joueur assez différent. Avec ce transfert d’Arsenal à Manchester City, c’était un tournant dans ma carrière, je voulais voir ou ça pourrait m’amener. Je ne regrette pas. J’ai pris confiance en moi. Les qualités sont là, elles l’ont toujours été. Ca fait dix ans que je joue en Premier League ce n’est pas négligeable mais c’est sûr que je me sens plus fort car je suis champion d’Angleterre avec mon club. Ce genre de titre est quelque chose d’important dans la vie d’un joueur.

Qu’est-ce que vous différencie de Patrice Evra?
Je sais pas si on est différent. On joue tous les deux dans un grand club, «Pat» est un joueur qui aime aller de l’avant, j’aime aller de l’avant, il défend bien, je défends bien. A partir de là... J’apporte peut-être quelque chose de différent. J’aime courir, peut-être que sur ce match là on avait besoin de ça.

Comment Patrice Evra a-t-il réagi à votre titularisation?
Ce n’est pas à moi de reprendre. Mais quand on ne joue pas c’est normal d’être déçu, je l’avais été contre l’Angleterre. Mais il faut respecter les choix de l’entraîneur. On est là pour jouer, on est des compétiteurs, personne ne peut faire croire qu’il est d’accord d’être remplaçant.

Propos recueillis par Bertrand Volpilhac, à Donetsk

 

Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 PSG 79 33m +55
2 Monaco 69 33m +27
3 Lille 63 33m +18
4 Saint-Etienne 56 33m +15
5 Lyon 54 33m +11

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr