Euro 2012: A la rédaction de «20 Minutes», le débat fait rage à propos de France-Angleterre

7 contributions
Publié le 12 juin 2012.

FOOTBALL - Si les internautes s'en sont donné à cœur joie lundi soir, la rédaction de «20 Minutes» a poursuivi le débat ce mardi, sans pour autant trouver de terrain d'entente...

Premier match, Angleterre, entrée en lice… Un bon point pris!

L’équipe de France n’a pas à rougir de sa performance. Elle enchaîne un 22ème match sans défaite, et aurait très bien pu l’emporter avec un peu plus de réussite (19 tirs tentés). Il ne faut pas oublier que la sélection des Three Lions, même privée de bon nombre de ses cadres (Rooney, Lampard), reste composée de joueurs évoluant dans les meilleures équipes de Premier League. Pour Bertrand Volpilhac, notre envoyé spécial en Ukraine, «c’était quand même l’Angleterre en face. Si l'on compare les deux équipes, on ne fait pas forcément les malins au coup d’envoi.»
 
La France possède quelques talents (Benzema, Ribéry, Nasri) mais il ne faut pas surestimer sa valeur intrinsèque. Les choses ont changé. Le règne du début des années 2000 est terminé depuis longtemps. Bertrand préfère dédramatiser ce résultat, plutôt encourageant au final: «Juger que la France n’a pas fait un match correct est terriblement prétentieux. Même si on n’a pas attaqué à dix, éviter de tout jouer pour la gagne sans garantie de réussite n’est pas forcément une stupidité tactique.» La qualification pour les quarts de finale se joue sur trois matches, autant calculer son coup. Surtout qu’il reste encore l’Ukraine, pays organisateur, et la Suède d’Ibrahimovic au menu.
 
La France aurait dû l’emporter face à un adversaire beaucoup plus faible

Malgré ce besoin mathématique de s’en sortir au moins avec un nul, plutôt honnête d’un point de vue comptable, on ne peut évidemment pas s’en satisfaire. Pour Pierre Koetschet, rédacteur en chef adjoint du Web, «les Bleus, visages complètement fermés dans les couloirs du stade, ont semblé tétanisés par l’enjeu. Ils ont eu peur.» Ils se sont réveillés à partir de l’ouverture du score anglaise, se contentant de réagir plutôt que d’agir. Et face à un adversaire largement à sa portée, l’équipe de France a manqué de concentration et d’imagination. La chaleur n’a pas aidé mais il ne faut pas s’en servir comme excuse, poursuit Pierre: «La base du foot, c’est de courir. A partir du moment où tu refuses ça pour assurer le nul, forcément ça devient très compliqué de faire la différence.» Personne n’a senti une véritable envie d’aller de l’avant pour s’assurer un précieux succès et entamer cet Euro de la meilleure des manières.
 
>> Alors, prestation satisfaisante ou vrai manque d'ambition, qu’en pensez-vous? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ou écrivez-nous à reporter-mobile@20minutes.fr

Si les internautes n'y sont pas allés de main morte lundi soir, il est temps de venir donner son avis. La vie de la rédaction en dépend. 
 

Venez défier les journalistes de 20 Minutes au petit jeu des pronostics. Allez-y, c’est gratuit, et il y a des cadeaux à gagner.

A.D.
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr