Euro 2012: Angleterre, dans l'ombre de Rooney

0 contributions
Publié le 10 juin 2012.

FOOTBALL - Suspendu, l’attaquant de Manchester pourrait être remplacé par Danny Welbeck ou Andy Carroll à la pointe de l'attaque anglaise...

De notre envoyé spécial à Donetsk (Ukraine)

«A qui dans le monde Wayne Rooney ne manquerait pas?» Manchester et Liverpool ont beau se détester copieusement, le capitaine des Reds et de l’Angleterre Steven Gerrard n’en reste pas moins lucide: l’absence de l’attaquant d’United, suspendu pour les deux premiers matchs de l’Euro après s’être fait expulser en qualifications face au Montenegro, laisse un terrible vide dans le jeu de la sélection aux Trois Lions.

>> France-Angleterre est à suivre en live comme-à-la-maison lundi, à partir de 17h45

Demandez à Laurent Blanc, il vous dira «de ne pas vous inquiéter pour les Anglais, ils seront toujours présents.» Certes, mais quand même. Evoquer l’absence de Rooney, c’est résumer la problématique principale de cette équipe d’Angleterre: beaucoup de forfaits (4 joueurs majeurs) et pas forcément d’évidence pour les remplacer. Ainsi, le sélectionneur Roy Hodgson peut remplacer son rouquin par le vif Danny Welbeck ou l’immense (mais lent) Andy Carroll. Et son choix n’est pas encore clair, même si le premier part avec un coup d’avance.

Les Bleus n’ont pas de préférence

Buteur face à la Belgique lors du dernier match amical et meilleur finisseur, le Mancunien devrait permettre aux Anglais de jouer dans la profondeur en s’appuyant sur un bloc défensif. Ancienne gloire de Manchester, le très influent Roy Keane lui accorde en tout cas son vote, dans une tribune pour le Sun. «C’est un vrai talent, il étire les défenses et il est compliqué de le contenir», vante l’Irlandais.

Une option qui a au moins le mérite d’éliminer le danger constant que peut représenter Carroll sur coup de pied arrêtés. Alors, soulagé, Hugo Lloris? Pas forcément. «Ce sont deux joueurs à profil différents. Carroll, on le connait, il est très fort dans le secteur aérien, explique le gardien des Bleus. Mais Welbeck par sa vitesse, correspond très bien au jeu de l’Angleterre et on sait qu’il peut nous mettre en difficulté.»

Directement concerné, la probable sentinelle de la défense Alou Diarra n’a pas non plus choisi sa préférence. «Ils sont tous les deux dangereux. L’un par ses déplacements, l’autre dans la surface» analyse pieusement le Marseillais. Sans doute. Mais pas autant que Rooney, quand même.

 

Bertrand Volpilhac, à Donetsk
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr