PSG: Lindsay Horan s'invite chez les grandes

7 contributions
Publié le 6 septembre 2012.

FOOTBALL - Recrutée par le PSG à seulement 18 ans, elle symbolise les nouvelles ambitions du club...

Son arrivée dans le championnat de France suffit à elle-même pour illustrer les nouvelles ambitions du PSG. Lindsay Horan, 18 ans, débarque au PSG avec le statut de grand espoir du football américain. «Par rapport au projet du club, il était logique de recruter une telle joueuse. Lorsqu’on connaît la qualité du football aux Etats-Unis, c’est une vraie garantie», explique Farid Benstiti, le nouvel entraîneur du club de la capitale. La jeune internationale des moins de 20 ans n’est pas encore une star à proprement parler mais son potentiel entrevu en sélection laisse à penser que le PSG tient là une véritable pépite. «Je vais faire de mon mieux. Je ne pense pas à moi, je suis là pour aider l’équipe», commence l’attaquante parisienne.

«Une opportunité énorme»

Le PSG a réussi à attirer la gâchette américaine (10 buts en 12 apparitions avec les moins de 20 ans) malgré l'intérêt des universités locales. «Je m’étais engagée avec l’Université de Caroline du Nord. Puis quand Paris s’est manifesté, je ne pouvais pas refuser une opportunité aussi énorme. J’ai le temps de continuer les études plus tard», raconte Lindsay Horan. Une chance unique pour une joueuse aussi jeune, tant au niveau du projet que de l’aspect financier. Pour la convaincre de rallier la France, le PSG n’a pas lésiné sur les moyens. A peine majeure, la nouvelle attaquante parisienne toucherait 120.000 euros par mois. Un salaire dix fois supérieur à ce que touche actuellement Lotta Shelin à Lyon, joueuse la mieux payée du championnat. «Nous avons une capacité d’investissements plus rapide que les autres, il fallait en profiter pour passer un cap et recruter des joueuses de très haut niveau», explique Jean-Claude Blanc, le directeur général du club.

«J’ai vu des matchs de l’OL et de l’équipe de France»

Bien renseignée, la jeune pépite a mis toutes les chances de son côté pour débarquer en terrain connu. «Au moment même où les dirigeants m’ont contactée, je suis venue deux ou trois fois à Paris. C’était important de connaître un peu la ville avant de faire le grand saut», précise-t-elle. Grande fan de football, Horan arrive également dans un club et un championnat dont elle avait déjà beaucoup entendu parler. «J’aime le football, je savais où je mettais les pieds. J’avais déjà vu des matchs de l’Olympique Lyonnais et de la sélection nationale par exemple. Puis je sais forcément ce qu’il se passe du côté de l’équipe masculine du PSG». Attendue comme la future Alex Morgan (49 sélections, 31 buts) aux Etats-Unis, Lindsay Horan devra désormais soutenir la comparaison au PSG avec son homologue masculin Zlatan Ibrahimovic. Le géant suédois n’a eu besoin que de quelques minutes pour s’illustrer, de quoi donner des idées à la nouvelle attaquante du club de la capitale.

Anthony Davière
Mots-clés
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr