Equipe de France: Le 4-4-2, un système à bannir ou à revoir?

11 contributions
Publié le 16 août 2012.

FOOTBALL - L’association de Giroud et Benzema en attaque n’a pas totalement convaincu contre l’Uruguay...

Aucun sélectionneur n’échappe à la règle. Pour commencer, mieux vaut brosser la vox populi dans le sens du poil, quitte à remiser aux placards des premiers choix audacieux à l’heure des matchs qui comptent vraiment. Face à l’Uruguay, Didier Deschamps a opté pour un 4-4-2 et choisi d’associer Giroud et Benzema en attaque, une option tactique réclamée par une majorité d’observateurs. Un pari «globalement satisfaisant » aux yeux du sélectionneur, qui a retenu «de bonnes choses et pas mal d’opportunités» face à une équipe difficile à bouger.

Une équipe équilibrée

Didier Deschamps avait beaucoup insisté sur «l’effort de replacement» que supposait une attaque à deux têtes. De ce point de vue-là, il a été entendu. «On a vu une équipe cohérente dans sa façon de jouer et de défendre, c’était le principal pour une première» avance Michel Hidalgo, ex-sélectionneur des Bleus. Bien accompagné par Gonalons, Mavuba, qui avait pour consigne de «ne pas dézoner et de bien protéger la défense» a parfaitement assumé son rôle devant Yanga Mbiwa et Sakho, qui n’ont pas été mis en danger en dehors d’un oubli sur Abreu en seconde période. Ribéry et Valbuena n’ont quant à eux jamais été pris en flagrant délit de repli non assuré, même si le manque d’entrain offensif de la Celeste tend à relativiser ce constat.

Un manque d'impact offensif

Sans le ballon, les équilibres ont donc été respectés. Mais c’est surtout dans l’utilisation du ballon -70% de possession pour les Bleus en moyenne- que ce 4-4-2 a déçu. «Ca a manqué d’efficacité reproche Hidalgo. Benzema et Giroud ne se sont pas trouvés hier, même si ça ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas s’entendre. Il leur faudra du temps en commun». De fait, le duo n’a pas réussi une seule combinaison dangereuse pour la défense uruguayenne. «Une association, ça ne se fait pas sur un entraînement et une heure de jeu. Cette double présence offensive est intéressante» a tempéré Deschamps. Point positif, la présence de deux attaquants à permis aux Bleus d’être présents dans la surface adverse sur les rares centres dangereux venus des ailes. Dommage que l’on n’en ait pas vu plus, notamment côté gauche, où Evra est monté en régime en seconde période.

Pour Michel Hidalgo, cette première mi-figue mi-raisin est moins à mettre sur le dos de l’organisation que sur le contexte de cette rencontre. «Ce serait trop beau si Deschamps avait trouvé la solution pour faire évoluer cette équipe à 100% en trois jours. 4-4-2, 4-2-3-1 ou autre chose, c’est le pouvoir inventif des joueurs qui fait qu’un système fonctionne ou pas». Sous entendu: est-ce que l’équipe de France dispose de ces joueurs-là? C’est une autre affaire…

Julien Laloye
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 Nantes 0 0m
2 Saint-Etienne 0 0m
3 Montpellier 0 0m
4 Caen 0 0m
5 PSG 0 0m

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr