Mercato: Comment l'Italie perçoit le PSG

11 contributions
Publié le 20 juillet 2012.

FOOTBALL - Pourvoyeur préférentiel du PSG depuis l'arrivée des Qataris, le championnat italien vascille entre crainte et respect à l'heure d'évoquer le projet parisien...

Avec 177 millions d’euros investis en Italie, le Paris-Saint-Germain est devenu, en quatorze mois, une véritable curiosité pour nos voisins transalpins. «Depuis un an, neuf joueurs ont quitté la Serie A pour rejoindre le PSG. Il y a une certaine crainte quant au niveau de cette équipe mais aussi beaucoup de respect vis-à-vis du projet», analyse Alessandro Grandesso (à suivre sur Twitter ici), journaliste à la Gazzetta Dello Sport. Les arrivées de Lavezzi, Thiago Silva et surtout de Zlatan Ibrahimovic permettent au club de la Capitale d’entrer dans la nouvelle dimension tant recherchée par Leonardo. Paris impressionne l’Italie et emmène tout le football français dans son sillage. «Jusqu’à présent, la Ligue 1 était un championnat mineur. L’an dernier il a gagné en popularité et ce sera encore le cas cette saison», poursuit Leonardo, le directeur sportif brésilien du PSG. 

«Ibrahimovic était la dernière star de Serie A»

Ces derniers jours, la folie autour du transfert de Zlatan Ibrahimovic a pris une dimension surréaliste. Tous les médias, français ou italiens, suivaient en direct les transactions et les négociations entre Mino Raiola (l’agent du Suédois) et les dirigeants parisiens. Pour Alessandro Grandesso, cette effervescence s’explique par le statut du buteur de l’AC Milan. «Ibrahimovic était la dernière star présente en Serie A. Son départ est quelque chose d’important. Il reste encore Robinho, Marchisio ou Sneijder mais ce ne sont pas des joueurs du même calibre que Zlatan.» Entre Ibrahimovic et Verratti, le PSG a pénétré deux marchés jusqu’ici inatteignables: le top mondial et l’espoir national. Et forcément, avec ces transferts, l’inquiétude grandit chaque jour un peu plus de l’autre côté des Alpes.

«Pas une question de shopping, simple opportunité de marché»

Lors de la conférence de presse de Marco Verratti, plusieurs journalistes italiens ont essayé de comprendre le choix du milieu de terrain de 19 ans de quitter Pescara pour l’étranger. «On fait davantage confiance aux jeunes ailleurs qu’en Italie. Les clubs pourraient peut-être gérer différemment la formation», concédait alors l'espoir italien. Le PSG l’a bien compris et a soufflé au nez et à la barbe de la Juventus de Turin l’étoile montante transalpine. Simple question d’opportunité selon Leonardo, qui refuse d’associer le recrutement à une simple connivence avec l’Italie. «Ce n’est pas une question de shopping, c’est une question de marché. Il n’y a pas de choix spécifique suivant la nationalité d’un joueur.» Marché ou pas, le Paris-Saint-Germain devrait désormais s’attaquer à d’autres territoires. Après cette razzia, l’Italie pleure ses talents.
A.D
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr