Charles Biétry, directeur d'Al-Jazira Sports en France: «Ce sera une chaîne payante, à un prix vraiment attractif»

15 contributions
Publié le 6 décembre 2011.

FOOTBALL - La chaîne qatarie, après une offensive sur la ligue 1, vient de décrocher les droits de la Ligue des Champions...

Ces dernières semaines, Charles Biétry est l’homme qui reçoit le plus de CV en France. Patron d’Al-Jazira Sports en France, l’ancien directeur des sports de Canal+ fait grandir à marche forcée la chaîne qatarie dans l’Hexagone. Après les droits de la Ligue 1 et ceux de la Ligue des Champions, une pierre dans le jardin de Canal +, ancienne maison de Biétry, Al-Jazira va devoir se choisir un nom et, surtout, un mode de diffusion.

Pour le patron d’Al-Jazira Sports France que vous êtes, la décision de l’UEFA de vous attribuer les droits de 133 matchs de Ligue des Champions doit être une très bonne nouvelle…

Je n’ai pas pris ça comme une mauvaise nouvelle, c’est sûr. On est absolument ravis, parce que la Ligue des Champions, avec la L1, fait partie des produits attractifs pour une chaine de télé. On a vraiment des affiches fantastiques, et comme nous on aura 32 soirées par an, c’est l’occasion d’en faire un bon feuilleton où on retrouve les mêmes héros tout au long de l’année. Et j’aime faire de la télé comme ça. 

Pourquoi ne pas avoir pris la totalité des droits de Ligue des Champions et avoir laissé un lot?

C’est un lot sur lequel on ne s’est pas positionnés. C’est 13 affiches, 13 premiers choix. Nous, avec 133 matchs sur 146, j’estime qu’on a déjà de quoi faire. Et c’est un lot qui pour moi doit être réservé à une chaîne gratuite. 

Le lot qui n’a pas trouvé preneur en Ligue 1 (celui correspondant aux matchs sur Foot+) est-il toujours dans le viseur d’Al-Jazira?

Rien n’est attribué. Il y a toujours les six matchs en pay-per-view qui sont l’objet de discussions entre plusieurs groupes. On est déjà pas mal servis avec deux matchs en direct. Je regarde d’un œil attentif, mais on ne joue pas notre peau là-dessus non plus. 

Si on commence à connaître les droits que vous avez achetés, on ne sait pas vraiment à quoi va ressembler votre chaîne…

Ce sera une chaine payante, c’est une évidence. A un prix vraiment attractif, même si je ne vous dirai pas combien maintenant. 

Et qui s’appellera comment?

Notre nom va être décidé avant la fin de l’année. Mais ce sera un nom international, parce qu’on aura des déclinaisons sur les cinq continents. Donc le nom doit être compréhensible pour tout le monde.

Et le foot ne sera pas le seul sport diffusé? 

Non, non. C’est une chaîne de sport, qui déclinera de multiples sports, et de multiples façons.

Une revanche personnelle sur Canal+? «Mais pourquoi j’aurai une revanche sur les 20 plus belles années de ma vie?»

En tant que téléspectateur, comment devra-t-on s’y prendre pour regarder la Ligue 1 et la Ligue des Champions sur Al-Jazira?

Comme vous la voyiez sur Canal + avant. On est en discussions avec tous les distributeurs. Ces discussions ne pouvaient pas aller très vite avant de savoir ce qu’on avait comme droits. Je ne vois pas pourquoi ils se seraient précipités sur nous. Maintenant, on va commencer à être plus attractifs. On peut être à peu près certains d’être distribués sur le câble, les box, et aussi accessibles par un satellite. On verra lequel dans les semaines prochaines.

 Est-ce que vous êtes l’homme qui reçoit le plus de CV en France en ce moment?

Je pense, oui. Je sais que tous métiers confondus, ça avait dépassé les 500, depuis le lancement de la chaîne.

 Allez-vous mener une politique de recrutement agressive pour débaucher des stars du commentaire ou des consultants connus?

Non. Ce sera une rédaction équilibrée. Il y aura quelques cadres qui auront un peu d’expérience, et beaucoup de jeunes qu’on ne connaît pas, qui sont dans la catégorie espoirs.

 Pour vous qui avez passé tant d’années chez Canal+, marcher sur leur territoire à ce point est-il une revanche?

J’ai encore des dizaines d’amis chez Canal. Ils m’ont tous envoyé des messages extrêmement gentils. Mes relations avec la base sont absolument parfaites. Et la direction, je ne la connais pas, je suis parti depuis 1999. Mais pourquoi j’aurai une revanche sur les 20 plus belles années de ma vie? Canal a été un moment de vie extraordinaire, avec André Rousselet et toutes les équipes. Je suis parti tout seul après 20 années de bonheur. Ce serait d’une immense stupidité de parler de revanche.

Propos recueillis par Antoine Maes
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 Nantes 0 0m
2 Saint-Etienne 0 0m
3 Montpellier 0 0m
4 Caen 0 0m
5 PSG 0 0m

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr