Ligue Europa: «Nous devons être plus exigeants», «Il va falloir vite rebondir»… Si, si, l’OL s’est pourtant bien qualifié

FOOTBALL Ce n'était pas la folle ambiance jeudi à Lyon malgré la large victoire (4-0) contre l'Apollon Limassol...

Jérémy Laugier

— 

Les apparences sont trompeuses: Lucas Tousart, Mariano Diaz et les Lyonnais n'étaient vraiment pas comblés par leur large victoire jeudi.

Les apparences sont trompeuses: Lucas Tousart, Mariano Diaz et les Lyonnais n'étaient vraiment pas comblés par leur large victoire jeudi. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

  • Malgré un net succès (4-0) synonyme de 16es de finale de Ligue Europa, les visages lyonnais étaient assez fermés jeudi en zone mixte.
  • Bruno Genesio comme les joueurs refusent de se satisfaire de la manière, qui était pourtant plus convaincante que dimanche face à Montpellier (0-0).

Pour un club ayant vécu des qualifications européennes assez folles la saison passée contre l'AS Roma et Besiktas, on ne s’attendait évidemment pas à ce que le champagne soit sabré dans le vestiaire jeudi. Il ne s’agit pour l’OL que d’une place assurée en 16es de finale de Ligue Europa, qui plus est obtenue face aux Chypriotes de l’Apollon Limassol. Mais quand même, il n’est pas fréquent de voir des joueurs aussi peu emballés par un large succès (4-0).

>> A lire aussi : Lopes costaud, Diakhaby un peu perdu, Traoré blessé... L'OL est un vrai Apollon en Ligue Europa

Tous avaient notamment en tête « d’éviter les têtes de série en 16es de finale » en allant obtenir la première place du groupe dans deux semaines en Italie, contre l’Atalanta Bergame (il faudra faire mieux que le nul 1-1 de l’aller). Mais le sens de la mesure ne s’est vraiment pas arrêté là. « On a le sentiment du devoir accompli mais dans le jeu, il y a pas mal de choses à corriger, indique Anthony Lopes. C’était laborieux, notamment en début de deuxième période. Il y a eu pas mal de trous et de laisser-aller et notre équipe était un peu trop coupée en deux. »

« J’ai revu des attitudes individualistes »

De gros bémols vite relayés par Bruno Genesio : « On ne va pas faire la fine bouche mais on doit être beaucoup plus exigeants avec nous-mêmes pour franchir un palier. On a concédé trop d’occasions nettes en premières période et j’ai revu des attitudes individualistes qui ne nous ont pas permis de marquer davantage de buts ». Un discours étrangement bien plus sévère que quatre jours plus tôt lors d’un terne match nul (0-0) contre la solide défense montpelliéraine. Sur cette lancée, la réaction du rafraîchissant milieu lyonnais Houssem Aouar (19 ans) semble même assez lunaire :

« Non, on ne s’est pas rassuré par rapport à dimanche. On a gagné par quatre buts d’écart mais nous ne sommes pas satisfaits par ce qu’on a produit. On sait qu’on peut faire beaucoup mieux vu la qualité de l’effectif. Il va falloir vite rebondir. »

46 % de possession de balle face à l’Apollon Limassol

De nombreux clubs français aimeraient devoir rebondir après une série aussi sombre que celle traversée actuellement par l’OL, vainqueur de 7 de ses 8 derniers matchs officiels, non ? En creusant encore un peu l’intervention d’Houssem Aouar, on retient une autre formule : « On doit davantage imposer notre style de jeu ». Et si la véritable frustration lyonnaise de la soirée (et bien au-delà) était là ?

>> Tous les buts de la soirée sont à revoir ici:

>> A lire aussi : Fekir, Aouar, solidité défensive, Genesio... Comment l'OL s'est métamorphosé depuis un mois

Entre son jeu de possession quasi-historique et la volonté de « bloc plus bas et de jeu plus direct » prôné cet été par Bruno Genesio, l’OL se cherche encore son identité. Le goût de la contre-attaque notamment incarné par Memphis Depay ne suffit pas à combler tout un club. Surtout en constatant qu’à domicile, face au troisième du dernier championnat chypriote, les Lyonnais n’ont obtenu jeudi que 46 % de possession de balle.

>> A lire aussi : La stat qui trolle Payet, le remplacement de Traoré et l'émotion de Lopes... On vous raconte les temps forts d'OL-Limassol