VIDEO. La stat qui trolle Payet, le remplacement de Traoré et l'émotion de Lopes... On vous raconte les temps forts d'OL-Limassol

FOOTBALL « 20 Minutes » vous résume les trois histoires majeures du large succès lyonnais (4-0) synonyme de 16es de finale de Ligue Europa…

Jérémy Laugier

— 

Bertrand Traoré, ici avant sa blessure au genou en début de rencontre face à Limassol jeudi.

Bertrand Traoré, ici avant sa blessure au genou en début de rencontre face à Limassol jeudi. — JEFF PACHOUD / AFP

  • Bon, l’OL s’est qualifié pour la suite de la compétition sans surprise jeudi en étrillant l’Apollon Limassol (4-0).
  • Voici ce qu’on retient essentiellement de l’après-match, où il était à la fois question de Joël Bats et de Dimitri Payet.

Ce n’était certes pas vraiment une folle soirée européenne, avec une qualification assurée sans suspense face à un adversaire guère prestigieux et devant moins de 27.000 spectateurs. Mais mine de rien, au-delà des quatre buts lyonnais, cet OL-Apollon Limassol nous a offert quelques histoires sympas en coulisses jeudi.

>> A lire aussi : Lopes costaud, Diakhaby un peu perdu, Traoré blessé... L'OL est un vrai Apollon en Ligue Europa

>> Tous les buts de la soirée sont à revoir ici:

Payet trollé bien malgré lui. La lutte entre les deux Olympiques français fait souvent rage sur les réseaux sociaux. Là, c’est une stat assez dingue qui a mis le feu aux poudres. Rendez-vous compte, le défenseur central de l’OL (et improbable milieu de terrain en première mi-temps) Mouctar Diakhaby (20 ans) compte désormais plus de buts en carrière sur la scène européenne que Dimitri Payet, le milieu offensif marseillais de 30 ans (4 contre 3). On n’avait pas vu le coup venir et les twittos lyonnais se sont régalés toute la soirée devant cette bizarrerie du football.

Plusieurs solutions pour remplacer Traoré. Inquiet dès la 11e minute de jeu en raison de la blessure au genou de son ailier droit Bertrand Traoré, Bruno Genesio a annoncé après la rencontre que celui-ci avait « un problème au ligament latéral interne », se projetant déjà sur « une absence de quelques semaines ». Avec quel ailier droit l’OL va-t-il donc se présenter dimanche (15 heures) à Nice ?

>> A lire aussi : Ligue Europa: «Nous devons être plus exigeants», «Il va falloir vite rebondir»… Si, si, l’OL s’est pourtant bien qualifié

Le favori : Déjà vu comme milieu gauche, meneur de jeu et milieu défensif, Houssem Aouar est cette fois entré à droite après la blessure de Bertrand Traoré. « J’ai moins de repères à ce poste mais il faut savoir s’adapter, c’est ça le niveau professionnel », évoque le nouvel international Espoirs, auteur d’une passe décisive jeudi. Au vu de l’efficacité de la doublette Tousart-Ndombélé, nous serions prêts à parier qu’Houssem Aouar (19 ans) sera l’heureux élu pour s’exiler à droite afin de pallier l’absence du Burkinabé. « Il a en tout cas le volume de jeu pour le faire », conforte Bruno Genesio.

>> A lire aussi : La hype autour d’Houssem Aouar sera-t-elle la version aboutie du «Bahloulisme»?

Les autres options : « Je pense que Myziane Maolida peut aussi jouer à droite », a spontanément indiqué le coach lyonnais jeudi soir. Si sa position préférée reste sur le côté gauche, l’attaquant de 18 ans, buteur pour la première fois avec les pros contre Limassol, présente lui aussi un profil polyvalent. « Maxwel Cornet n’est pas éliminé, c’est un jeune joueur qui doit retrouver de la confiance », a également confié l’entraîneur lyonnais. Malgré 14 apparitions, l’international ivoirien court toujours après son premier but cette saison et il sort d’un match très inquiétant face à Montpellier (0-0).

Lopes très ému par le départ de Bats. Anthony Lopes ne s’était pas encore exprimé publiquement depuis l’annonce officielle du départ de Joël Bats durant la prochaine trêve de Noël, vers l’Impact de Montréal entraîné par Rémi Garde. Une page va se tourner après 17 années en tant qu’entraîneur des gardiens de but à l’OL. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que Joël Bats (qui sera remplacé par Grégory Coupet) va beaucoup manquer à l’international portugais.

« C’est très difficile mais ça fait partie de la vie d’un footballeur. Je perds mon mentor, la personne qui m’a permis d’en être là aujourd’hui. C’est plus qu’un entraîneur, il m’a amené tout en haut. Je lui dois énormément de choses pour ne pas dire tout. Pour moi, c’était mon papa au sein de l’OL et ça va faire bizarre de ne plus le voir en janvier. »