Stade Rennais: «Si on doit écouter ou lire toutes les saloperies qu’on a vues...», lance Christian Gourcuff

FOOTBALL L'entraîneur breton se dit «très serein» quant à son avenir...

Jeremy Goujon

— 

Christian Gourcuff lors de Rennes-Lille, le 21 octobre 2017.

Christian Gourcuff lors de Rennes-Lille, le 21 octobre 2017. — J.-S. Evrard / AFP

  • Après la victoire du SRFC face à Lille (1-0), le coach a fait vite devant la presse.
  • Il a assuré à ses joueurs qu'il serait encore en poste lors des trois prochains matchs, minimum.

La dernière fois qu’il s’était présenté face aux médias au Roazhon Park, son allocution avait duré huit minutes. Audiovisuel et presse écrite compris, Christian Gourcuff n’a pas passé beaucoup plus de temps dans la zone mixte, samedi, à la suite de la victoire du Stade Rennais contre Lille (1-0).

>> A lire aussi: Circulez, y'a rien à voir... «Je ne vois pas où est la crise», René Ruello, le président rennais, se montre serein

« Vous rigolez ou quoi ? »

Soulagé d’avoir gagné, malgré la perte de deux nouveaux joueurs sur blessure (Benjamin Bourigeaud et Sanjin Prcić), l’entraîneur breton s’est d’abord agacé après une question d’un journaliste radio, relative au contexte particulier d’avant-match. « Vous rigolez ou quoi ? », ripostait ainsi Gourcuff, lorsqu’on lui demanda s’il avait senti ses ouailles perturbées avec la semaine écoulée.

Puis le coach enfonça le clou, une fois installé derrière son pupitre. « Si on doit écouter ou lire toutes les saloperies (sic) qu’on a vues… J’ai fait le tour du monde actuel. [Il fallait] protéger les joueurs au maximum, et la meilleure réponse, ils l’ont donnée sur le terrain. Mon avenir à la tête de l’équipe ? Je n’ai aucune incertitude là-dessus, je suis très serein, et je suis encore plus serein quand on a pris trois points. »

« Le plus dur reste à venir »

À écouter certains éléments, pourtant, la deuxième aventure de Christian Gourcuff sur le banc de touche rouge et noir pourrait s’achever d’ici à la prochaine trêve internationale. Soit au sortir de la réception des Girondins de Bordeaux, le 3 novembre. « Comme dans la presse (sic), il nous a dit [mardi] qu’il allait être là pour au moins trois semaines, déclarait le défenseur central Joris Gnagnon. Après, on espère qu’il va être là pour encore pas mal de temps. »

En attendant, le SRFC a livré ce week-end « un match d’hommes », dixit Ramy Bensebaini. L’international algérien reconnaît que « ce n’était pas top dans le jeu », mais après avoir « forcément culpabilisé, car si on se retrouve dans cette position-là, c’est dû aux joueurs, au staff, au club », l’essentiel fut acquis. « On a montré qu’on avait du caractère, mais le plus dur reste à venir », conclut toutefois Benjamin Bourigeaud, désormais seul meilleur buteur rennais (quatre réalisations).