VIDEO. «C’est nous qu’on devait la gagner»... On a retrouvé le supporter dépité après le Rennes-Guingamp de 2009

FOOTBALL Huit ans après, c’est toujours la soupe à la grimace pour Gérard Laurent…

Jeremy Goujon

— 

Gérard Laurent avant le drame du 9 mai 2009, au Stade de France.

Gérard Laurent avant le drame du 9 mai 2009, au Stade de France. — F. Fife / AFP

  • Sa réaction à la suite de la défaite des Rouge et Noir bretilliens au Stade de France était devenue virale.
  • Alors que l’EAG et le SRFC vont se retrouver samedi - en Ligue 1 cette fois, « Laouise » ne rigole pas plus aujourd’hui…

Souvenez-vous, c’était il y a un peu plus de huit ans. Le Stade Rennais vient de perdre la finale de la Coupe de France contre l’En Avant de Guingamp (1-2), quand un journaliste présent au Stade de France se risque à interroger deux supporters bretilliens.

Bescherelle ta mère

L’un peste contre l’incapacité du SRFC à vaincre l’EAG (alors en Ligue 2), ou ne serait-ce qu’à aller en prolongation ou aux tirs au but. L’autre entre, sans le savoir encore, dans la légende du Web pour son « M’en fous [qu’une équipe bretonne l’ait quand même emporté] ! », et surtout, son hénaurme faute de syntaxe : « C’est nous qu’on devait la gagner celle-là ».

« C’est vrai que la vidéo a fait le buzz, reconnaît le protagoniste, Gérard Laurent, retrouvé par 20 Minutes. Si on m’en reparle ? Oh la la, souvent ! Ça restera toute ma vie. Les gens m’interpellent en disant : "C’est triste pour la Bretagne". Ils pensent à moi quand Rennes perd… »

Pitroipa, les coques et le coq

Fan invétéré depuis trois décennies, Gérard (54 ans), dit « Laouise », passerait des journées entières à raconter ses souvenirs en rouge et noir. Du maillot de Jonathan Pitroipa récolté un soir d’Europa League au Celtic Park (« Je ne l’ai pas lavé, il y a encore une petite motte de terre de Glasgow dessus »), à ces 1.000 coques de siège récupérées après la refonte du Stade de la route de Lorient (« Ça a fait des heureux ! »), en passant par le coq aux couleurs du club emmené pour la revanche de 2014, mais finalement refoulé aux portes du SdF (« Il y aurait eu un bel article à faire là-dessus »), Gérard a vécu « des moments extraordinaires ».

Sauf qu’aujourd’hui, comme en 2009, l’homme n’a pas la tête à rire. Le bilan « catastrophique » des protégés de Christian Gourcuff depuis dix mois est passé par là (seulement cinq victoires en trente matchs de championnat), et le déplacement samedi soir à Roudourou (20 h), où de facétieux Guingampais ont un jour déployé une banderole « C’est nous qu’on a encore gagné ! » (le 22 septembre 2010, à la suite d’une qualification en Coupe de la Ligue aux dépens du voisin rennais), fait déjà frissonner Laouise.

« S’ils ne battent pas Guingamp… »

« S’ils ne gagnent pas ce week-end, comment je vais me présenter au boulot lundi, moi ?, s’inquiète ainsi l’employé de l’entreprise Yves Rocher, à La Gacilly (Morbihan). Comme beaucoup de supporters, je suis pessimiste… On pensait qu’avec le coup de Marseille [succès 1-3, le 10 septembre], c’était reparti, mais ils sont retombés dans leurs travers. S’ils ne battent pas Guingamp, il [Gourcuff] aura sans doute sa valise (sic). Et puis, il y a le match piège qui arrive après, contre Lille [le 21 octobre au Roazhon Park]. »

>> A lire aussi: Les supporters du Stade Rennais ont-ils raison de demander la démission de Christian Gourcuff?

Raison de plus, cette semaine, pour que les amoureux du Stade Rennais se disent : « C’est nous qu’on doit gagner ».