Celtic-PSG: Et si le trio Neymar-Mbappé-Cavani formait déjà la meilleure attaque du monde ?

FOOTBALL Les trois attaquants parisiens ont marqué à Glasgow (5-0)….

Julien Laloye

— 

Pas mal ce trio, non?

Pas mal ce trio, non? — Jeff Holmes/Shutterstoc/SIPA

De notre envoyé spécial à Glasgow,

MCN = BBC + MSN. Mademoiselle Branle, notre prof de maths de collège au patronyme inoubliable (la pauvre n’a jamais trouvé de mari), peut être fier de nous. C’est la première fois de notre vie qu’on solutionne une équation. La traduction pour les esprits moins brillants que le nôtre : la tornade Mbappé, Cavani, Neymar a déjà ringardisé les deux trios les plus iconiques de la dernière décennie. La MSN du Barça (Messi, Suarez, Neymar) et la BBC du Real (Bale, Benzema, Cristiano). Evidemment, c’est de la provoque. Messi et Cristiano valent un trio à eux tout seul, si ce n’est une équipe entière.

>> A lire aussi: Celtic Glasgow-PSG: C’est confirmé, Paris est déjà beaucoup trop monstrueux

Mais quand même, les statistiques sont bluffantes. Deux matchs, neuf buts, presque équitablement partagés en plus. Et 50 buts à eux trois en Ligue des champions (22 pour Neymar, 21 pour Cavani, 10 pour MBappé). Javier Tebas doit s’en noyer dans sa piscine d’urine. Nasser avait envie de danser le sirtaki en passant devant nous, ça se voyait dans ses petits yeux coquins : 400 millions pour voir un show pareil deux fois par semaine, c’était le braquage de l’année, en fait. « C’était pas mal ce soir c’est vrai, vendredi dernier aussi. Mais ce n’est que leur deuxième match ensemble, j’espère qu’ils vont continuer à bien s’entendre ». On ne se fait pas trop de soucis. Les trois se complètent jusque dans leurs défauts, et ils arrivent à se secourir sans le vouloir.

  • Cavani vendange un plat du pied tout cuit aux six mètres ? Mbappé rattrape la boulette en marquant derrière
  • Le public a un petit contentieux avec Neymar ? Mbappé s’arrange pour se faire détester plus que lui en réclamant deux trois fautes un peu trop facilement
  • Un des deux solistes oublie de défendre sur une perte de balle ? Cavani s’y colle pour le bien de la communauté

 

C’est un peu trop récent pour être définitif, et ça nous fait un peu de peine pour Draxler, une nouvelle fois remarquable lors de son entrée, mais ce trio a tout pour devenir inséparable. N’est-ce pas Unai ? Avec des changements de position intéressants. Ils vont progresser encore ». Pas très bavard l’Ibère, on développe à sa place.

Ils ne se marchent pas sur les pieds

C’était un peu la crainte au départ. Voir trois joueurs attirés par l’axe monter les uns sur les autres dans 10m2 contre des défenses regroupées. Au Celtic Parc, chacun s’est efforcé de tenir son poste, comme l’évènement le commandait. Neymar a rarement délaissé l’aile gauche et Mbappé l’a imité de l’autre côté, même si ça le démangeait de se rapprocher de Cavani. Dès que Draxler est rentré, il s’est carapaté dans l’axe vite fait bien fait.

Ils ne jouent pas pour leur pomme

La parole à sa majesté Rabiot. « Les trois combinent bien, surtout ils jouent les uns pour les autres, ce n’est pas chacun qui fait sa partition de son côté ». Rien à ajouter, en 90 minutes, on n’a pas chopé une seule fois la MCN en excès d’individualisme. Il y avait un dribble de trop, parfois, mais c’était toujours pour trouver un poto démarqué. Tout ce qui fait que Ben Arfa est en CFA, quoi.

Ils n’oublient pas de défendre

On n’apprend rien à personne, le talent naturel ne va pas souvent de pair avec le sens du sacrifice défensif, et ce dernier survit rarement plus longtemps que les deux mètres de pressing réglementaires pour ne pas trop se ficher de la gueule du monde ouvertement. Pas de ça à la MCN, où même Neymar fait sa part de boulot sans rechigner. Ça durera ce que ça durera, mais, au pire, Cavani se tient prêt à tacler pour tout le monde.

On termine avec les intéressés, qui sont encore les mieux placés pour parler de ce plan à trois chaud, chaud, chaud, chocolat. Ce sera sans le petit Kylian, passé sans nous dire au revoir. Pour Neymar, c’est de la deuxième main de télé brésilienne, mais ça donnait un peu près ça : « C’est plus facile de jouer avec des gars de ce niveau. On a l’impression qu’ils anticipent avant même de savoir où va aller la balle. Mais ça ne fait que deux matchs qu’on joue ensemble, tout ça va encore évoluer. Je vais apprendre d’eux ». Cavani, enfin ? « Ça commence à peine. On voit des choses très positives, il faut que ça dure. On a réussi à se trouver, à combiner, et chacun a eu la possibilité de marquer, c’est une bonne chose. Ça motive toute l’équipe d’avoir des nouveaux équipiers de cette qualité ». Prochaine représentation dimanche soir au Parc des Princes contre l’OL. Venez nombreux.