Mercato: Pour Jean-Michel Aulas, le PSG n'a « aucune limite »

FOOTBALL Le président de l'Olympique lyonnais raconte le climat tendu entre les grands clubs européens et le PSG...

M.C.-V.

— 

Jean-Michel Aulas à Istanbul le 19 avril 2017.

Jean-Michel Aulas à Istanbul le 19 avril 2017. — Arnaud Andrieu/SIPA

L’emballement du PSG dans ce mercato estival n’est pas apprécié de tous. Le Barça prend tout son temps pour permettre le départ de Neymar, et les patrons d’autres clubs d’Europe ne se sont pas gênés pour critiquer les montants exorbitants alignés par  Nasser Al-Khelaïfi. Tout ce petit monde s’était justement donné rendez-vous jeudi à Madrid pour une réunion de l' ECA, l’Association européenne des clubs.

>> A lire aussi : Mercato: le PSG prépare un contrat en or massif pour Kylian Mbappé

La stratégie financière du PSG n’était pas à l’ordre du jour ; pourtant, le sujet a fait débat en coulisses. Les rumeurs les plus folles parlaient même d’un front anti-PSG.

Ce n’est pas vraiment un front anti-PSG, nuance Jean-Michel Aulas, le président de l’OL et par ailleurs responsable du fair-play financier à l’ECA, dans le journal L’Equipe. Mais de nombreux présidents de club sont très réticents à ce qui a été fait et ce qui va se faire. »

Autour de la table, Jean-Michel Aulas s’est retrouvé coincé entre Andrea Agnelli (patron de la Juventus) et Josep Maria Bertomeu (Barça), une position inconfortable. « Oui, j’ai senti un peu d’aigreur, un peu d’envie d’en découdre. » Fort heureusement, la réunion des grands pontes ne s’est pas transformée en pugilat !

« Tout le monde craint une inflation déraisonnable »

Climat de peur sur l’élite européenne. Les contrats du PSG pourraient ouvrir la voie à une envolée des prix jamais vue auparavant. « Tout le monde craint une inflation totalement déraisonnable des transferts et des salaires », ajoute Aulas.

>> A lire aussi : Neymar, Mbappé, fair-play financier... Même pas peur pour Nasser Al-Khelaïfi qui conseille d'aller «boire un café»

Enfin, lorsqu’on lui demande si le PSG se fixe une limite économique, Aulas répond : « Mais il n’en a aucune ! » Un sentiment que tous ces riches clubs d’Europe partagent. Le président du PSG, présent à la réunion, a dû apprécier…