Pour ne rien vous cacher, on est déjà nostalgique de ce Monaco version 2016-2017

FOOTBALL Mercredi, le club de la Principauté a été sacré champion de France pour la huitième fois...

Vincent Marche

— 

Champions!

Champions! — NSJsport/Shutterstock/SIPA

  • L'AS Monaco a remporté son huitième titre de champion de France
  • C'était beau

C’est fait. Après avoir émerveillé les spectateurs, l’AS Monaco vient de décrocher son huitième titre. Mais, à la différence du PSG, rien ne dit que le club du Rocher va continuer sur ce train de performances. On verra ce que l’avenir nous réserve, mais, en attendant, on a déjà plein de raisons d’être déjà nostalgique d’une équipe qu’on a vu évoluer avec beaucoup de plaisir.

  • Parce que c’était quand même une sacrée force de frappe

104 buts en 37 matchs de championnat. C’est fou. Encore plus fou que Paris et ses 102 buts de l’an dernier. En plus, Monaco nous a laissé une bien meilleure impression globale. Un jeu offensif à tout va, à des années-lumière des premières années Jardim.

Vous vous rendez compte ? On a pu voir une triplette Falcao-Germain-Mbappé à la finition, ces amoureux du ballon que sont Bernardo Silva et Thomas Lemar ainsi que deux latéraux comme Mendy et Sidibé, connus pour leur apport en attaque (cf. les centres parfaits du premier nommé). On a aussi pu assister à des gros cartons (0-7 à Metz, 6-2 contre Montpellier, 7-0 contre Rennes en Coupe de la Ligue). Festival.

  • Parce qu’il va y avoir des départs

Le grand suspense de l’été. Combien de départs à l’AS Monaco ? Bernardo Silva, Fabinho, Falcao, Lemar, Bakayoko… Le club de la Principauté est dans le flou. Il pourrait connaître une petite saignée cet été et on ne sait pas encore quels membres du noyau seront toujours là à la rentrée des classes.

En plus, tel un Don Corleone, le Real pourrait préparer une offre astronomique que Monaco « ne pourra pas refuser » concernant Kylian Mbappé.

  • Parce que Monaco n’enchaîne jamais les saisons d’une telle qualité

Monaco est une équipe un peu cyclique, qui aligne rarement les saisons d’exception. 1997, 2000, 2004, 2017… Jamais deux saisons exceptionnelles d’affilée ces dernières années. Et aucun doublé de championnats sur deux années consécutives, d’ailleurs.

Par exemple, le club de la Principauté avait terminé onzième en 2001, après son dernier titre. Même après la sublime deuxième place décrochée en 2014, il a fallu attendre trois ans pour voir cette équipe arriver à la première place, après deux saisons conclues sur la dernière marche du podium. Difficile d’imaginer Monaco bisser.

  • Parce que Paris va forcément réagir

En remportant ce titre, Monaco a mis fin à la série de quatre titres consécutifs du Paris Saint-Germain, laissant les coupes nationales au club de la capitale (et encore, la Coupe de France n’est pas encore terminée). Pas suffisant pour Nasser et sa clique, pourtant auteure d’une grande saison au niveau comptable.

Pas de doute, Paris va bel et bien réagir sur le marché des transferts pour renforcer son armada cet été. Histoire de récupérer le totem d’immunité dès 2018, pour que ce titre monégasque ne reste qu’une anomalie. R.I.P. le suspense ?

  • Parce qu’on aura plus le plaisir de la découverte en regardant Mbappé

La petite histoire dans la grande. On savait que le petit Kylian Mbappé avait du potentiel. Mais cette saison fut celle de l’explosion. 15 buts, 8 passes décisives, pas mal pour un gamin qui n’était même pas né lors du titre de champion du monde. L’année prochaine, nous n’aurons plus ce plaisir de découvrir ce nouveau talent tellement ce bambin semble nous avoir déjà sorti la totale (coucou Franck Béria).

On a aussi apprécié le personnage, la tête sur les épaules et plein de recul. Peut-être même un peu trop pour son âge… Quand on sait que ce n’est même pas sûr de le voir gambader sur les pelouses de Ligue 1 l’an prochain, on prend peur. Reste avec nous, Kylian.

  • Parce que les remplaçants ne seront (peut-être) pas à la hauteur

Devant les nombreux départs possibles, Monaco a déjà prospecté pour l’avenir. Le projet monégasque, c’est d’acheter des pépites et de les revendre plus tard. Beaucoup de joueurs déjà sous contrat avec l’ASM sont ainsi prêtés dans d’autres clubs.

Petit problème, il n’est pas dit que les pépites d’un jour soient les champions de demain. Aït-Benasser, Saint-Maximin, Jean, peut-être Tielemans… Malgré leur talent, pas sûr que ces petits jeunes aient le même impact que les membres de grand cru monégasque.

  • Parce que ce Monaco a été sublimé par son parcours en Ligue des champions

On ne va pas se mentir. Là où cette équipe de Monaco nous a fait le plus plaisir, c’est en Ligue des champions. Le match de fou à Manchester, la maîtrise contre Dortmund, le début de match à Turin…

On se dit que le club de la Principauté a été confiant en Ligue 1 grâce à ces grosses performances dans la plus grande compétition européenne. L’année prochaine, ce ne sera sans doute plus le cas. En Europe, l’ASM ne pourra plus compter sur l’effet de surprise.