Euro 2016: Vous avez remarqué les livrets anti-drogue près des stades? C'est la scientologie qui les finance

FOOTBALL Avant les matchs de l’Euro, « Non à la drogue, Oui à la vie » distribue des brochures sur les méfaits du cannabis près des stades. Cette association est financée par l’église de scientologie, considérée en France comme un mouvement sectaire…

Nicolas Stival

— 

Un livret anti-drogue distribué par l'association « Non à la drogue, Oui à la vie », près du Stadium de Toulouse, le 17 juin 2016.

Un livret anti-drogue distribué par l'association « Non à la drogue, Oui à la vie », près du Stadium de Toulouse, le 17 juin 2016. — N. Stival / 20 Minutes

A Toulouse,

Des personnes vêtues de t-shirt bleu turquoise, qui distribuent aux supporters des livrets contre les méfaits du cannabis, en français ou en anglais. Cette scène se répète avant chaque match de l’Euro 2016, à l’initiative de l’association « Non à la drogue, Oui à la vie ». A Toulouse, les bénévoles sont postés près du Stadium, sur le pont Pierre-de-Coubertin. « Beaucoup de gens ne sont pas informés sur le sujet, indiquait Christian Guittard, le responsable local, avant Italie - Suède, vendredi. D’habitude, on fait des stands sur les marchés. Là, on profite de l’événement pour faire passer notre message. »

Le responsable local de « Non à la drogue, Oui à la vie » n’en fait pas mystère. « Le livret est financé par une association de scientologues. Je suis scientologue, mais les bénévoles ne le sont pas forcément. Nous ne faisons aucun prosélytisme. Comme tout groupe spirituel, nous faisons passer le message que l’on peut vivre une vie épanouie sans drogue. » A en croire les brochures qui jonchent le sol, la parole a du mal à passer. « Les Suédois passent sans s’arrêter, alors que les Espagnols (avant le match contre les Tchèques le 13 juin) venaient les chercher », se désole une bénévole.

>> A lire aussi : La justice belge rejette toutes les poursuites visant l'Eglise belge de scientologie

En France, l’Église de scientologie est considérée comme un mouvement sectaire, alors qu’elle est assimilée à une religion dans d’autres pays, notamment aux États-Unis. Elle annonce 12 millions d’adeptes dans le monde dont 45.000 dans l’Hexagone. Or, dans la publication « La vérité sur le cannabis », distribuée pendant l’Euro, on ne trouve aucune mention du mouvement créé par l’auteur de science-fiction américain Ron Hubbard en 1954. Juste une présentation de cette drogue, de son histoire, de ses effets avec force témoignages et statistiques.

« Les livrets sont publiés par la "Foundation for a Drug-Free World", association d’intérêt général à but non lucratif basée à Los Angeles, en Californie », peut-on lire sur l’avant-dernière page. L’association « Non à la drogue, Oui à la vie » est la branche française de cette fondation. Elle a été créée en 1991 par l’acteur Xavier Deluc, scientologue revendiqué au même titre que Tom Cruise ou John Travolta.

La Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) met en garde sur son site contre cette organisation, qui « fait publier des livrets d’information destinés aux adultes et organise des conférences-débats gratuites autour de la drogue ». « Les enfants peuvent recevoir quant à eux des livrets de coloriage », ajoute la Miviludes, qui cite aussi un DVD intitulé « la vérité contre la drogue », « dont le contenu permet d’approcher les publics en difficulté ».

>> A lire aussi : L'expansion de la scientologie inquiète les pouvoirs publics

« On met vraiment les bouchées doubles pour informer les jeunes, indique Catherine Cros, présidente actuelle de « Non à la drogue, Oui à la vie ». Nous devons être entre 130 et 150 sur le terrain. » Sur Facebook et Twitter, on voit ainsi des bénévoles s’activer près d’autres stades de l’Euro, à Paris, Saint-Denis, Marseille, Lyon, Saint-Etienne ou encore Bordeaux. « Nous faisons uniquement de l’information et de la prévention, nous nous arrêtons là », assure la responsable. Et la scientologie, dans tout ça ? « Les livrets sont subventionnés par l’association internationale de scientologie, admet-elle. Mais nous sommes une association loi 1901 financée par des scientologues et aussi des non-scientologues qui sont d’accord avec notre combat. »

Ce n’est pas la première fois que cette association profite d’un événement sportif pour se faire connaître. En août 2015, certains de ses membres avaient été refoulés d’une compétition de surf à Lacanau, en Gironde. Initialement autorisés à tenir un stand, les organisateurs les avaient priés de partir pour cause de « prosélytisme ». Pour l’heure, ils continuent à tracter sans être inquiétés aux abords des stades de l’Euro.