Des ouvriers sur un chantier à Doha au Qatar, le 3 octobre 2013
Des ouvriers sur un chantier à Doha au Qatar, le 3 octobre 2013 - Karim Jaafar Al Watan-Doha

Six ouvriers travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde de football au Qatar ont été blessés lors d'accidents de travail en 2015, ont annoncé mercredi les organisateurs qataris du Mondial 2022. Selon des spécialistes, plusieurs milliers de personnes employées au Qatar dans le cadre des projets liés à la Coupe du monde pourraient mourir en raison de leurs conditions de travail, jugées très mauvaises.

Cette affirmation est contestée par le Qatar qui indique dans un rapport de 46 pages que deux hommes travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde sont décédés ces derniers mois, tout en assurant que leur mort n'était pas liée à leur travail. Selon le rapport, un peintre en bâtiment indien de 52 ans a été victime en octobre d'un «arrêt cardiaque pendant le déjeuner dans l'un des restaurants du site» avant d'être déclaré mort à l'hôpital.

Et début 2016, un chauffeur de poids lourd âgé de 55 ans a succombé à une crise cardiaque alors qu'il se trouvait dans son logement. La question des crises cardiaques parmi les ouvriers a déjà suscité le débat dans le passé. En 2014, Amnesty International avait exhorté les autorités à fournir des informations plus «transparentes» sur la nature des décès parmi les travailleurs étrangers.

Parmi les blessés recensés entre avril et décembre 2015 figure un homme dont le doigt a été coupé après avoir été pris entre deux poutres. Un autre a eu une fracture du poignet et une «blessure au visage», selon le rapport. Les autres personnes ayant été blessées sur leur lieu de travail ont souffert de fractures, est-il ajouté.

 

Mots-clés :