Equipe de France: Le Japon, cet encombrant match amical pour les Bleus

6 contributions
Publié le 11 octobre 2012.

FOOTBALL - Les Français préparent un match sans enjeu contre les Nippons alors que l'Espagne est importante...

Clairefontaine, capitale du double-discours. Depuis lundi, Didier Deschamps emmène ses troupes sur les terrains d’entraînement pour préparer une rencontre amicale contre le Japon, vendredi. Tout en cachant  à peine qu’il se serait bien passé de le jouer à quelques jours du premier gros rendez-vous de son mandat: le déplacement en Espagne, mardi, en éliminatoires du mondial 2014. «On a deux objectifs contre le Japon: arriver pour le suivant avec de la fraîcheur et gérer les temps de jeu», explique le patron des Bleus.  Une ambition mesurée qui ne trompe personne: en conférence de presse, neuf questions sur 10 concernaient l’Espagne. A la première qui portait sur les coéquipiers de Kagawa, Deschamps n’a pas pu s’empêcher de lâcher: «Ah, une question sur les Japonais! C’est gentil.»

«J'aurai préféré jouer le match de compétition avant le match amical»

Forcément, aucun joueur pour déclarer publiquement qu’il préfère voir ce match des tribunes plutôt que de le disputer. Mais le sélectionneur de l’équipe de France a tout de même dû faire un peu de media-training cette semaine pour maintenir un semblant d’illusion autour du «choc» contre le Japon. Les joueurs trouvent-ils ce match important? «Je leur ai dit de le dire. Et ils le pensent», se marre le patron des Bleus, qui comprend que cela puisse être «difficile de penser à autre chose quand tu vas rencontrer la meilleure équipe au monde». D’ailleurs, il a du mal à se convaincre lui-même, qui déclare sans peine qu’il aurait «préféré jouer le match de compétition avant le match amical».

«Aucune consigne par rapport à ce match pour l’instant»

Mercredi, Clément Chantôme a d’ailleurs avoué n’avoir eu «aucune consigne par rapport à ce match pour l’instant». Et quand Didier Deschamps s’est lancé dans une tirade sur les spécificités du jeu japonais, il n’a pas peu s’empêcher de lancer «Ca va?, j’ai bien révisé?», d’un ton taquin. Il n’y a qu’une seule catégorie de joueurs à accorder un peu de crédit à la rencontre de vendredi: ceux qui n’ont aucune chance de jouer à Madrid (Capoue, Chantôme, Gomis…). Même pas un souci, puisqu’à l’heure d’affronter le Japon, les Espagnols, eux, seront à Minsk pour affronter la Biélorussie dans un match à enjeu. Pour les Bleus, c’est déjà ça de pris.

A Clairefontaine, Antoine Maes
Newsletter
SPORT

En fin de matinée retrouvez toutes les infos indispensables du sport

publicité
publicité
1 Caen 0 0m
2 PSG 0 0m
3 Monaco 0 0m
4 Marseille 0 0m
5 Toulouse 0 0m

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr